ArchiGuelma

Hot

samedi 20 janvier 2018

Exposé sur la vielle ville de Constantine

10:05:00 0

Exposé sur la vielle ville de Constantine

expose-sur-la-vielle-ville-de-constantine.jpg

Présentation du rocher

Site :

La médina de Constantine se situer sur le rocher qui lui a donné une certaine immunité naturelle grâce à oued rhumel et aux ravins
Le rocher comme on a dit, est une table calcique monothéique d’une épaisseur de 400 m, cette matière est très résistante pour les constructions de grande hauteur.
carte-de-la-vielle-ville-de-constantine.jpg

Situation :

Le rocher est le centre de la ville, il intervient entre trois masses
  • La masse sud : tel boufrika et la colline Ain el bey.
  • La masse est : qui s’étende de bab el kantra, la colline de Mansourah et sidi mabrouk jusqu’au foret de djebel el wahch au coté nord est.
  • La masse ouest : qui s’étende du koudia, et belle vue, boudjriou, aounet el foule jusqu’au sidi m’ cide au nord ouest.
Les deux masses Est et ouest se séparent par les ravins du rhumel et oued boumer zouk et liés par les quatre ponts :
  • Pont sidi m’ cide : inaugurés en 1912, le plus haut des ponts sa hauteur est de 175 m, sa longueur est 168 m.
  • Pont sidi rached : porté sur 27 arcs dont le diamètre du grand est 70 m, sa hauteur 105 m, sa longueur 247 m, et sa largeur 12 m.
  • Pont mellah sliman : passerelle au fer sa longueur 125 m, sa largeur 2,5 m.
  • Pont el kantra : le plus ancien pont, il porte en son sein les strates des trois époques historiques différentes : époque romaine, turque et française.
carte-situation-du-rocher-le-centre-ancien-de-la-ville-de-constantine.jpg

Identité urbaine de la vielle ville:

La vieille ville s’identifiée par des repères permettrait de cerner la signification des valeurs architecturales du tissu ancien existant :
  • La grande mosquée ‘djamaa el kebir) art des Hafsides du 13e siècle
la-grande-mosquee-djamaa-el-kebir-art-des-hafsides-du-13-eme-siecle.jpg
  • La mosquée de souk el ghani de sidi lakhdar de Salah bey.
  • La medersa de sidi el kettanie de la période turque.
le-palais-ahmed-bey-un-des-beaux-monument-de-l-art-arabe-au-maghreb.jpg
  • Le palais Ahmed bey : Un des beaux monument de l’art arabe au Maghreb.
  • La medersa : l’Académie universitaire, c’est une construction coloniale.
la-medersa-l-academie-universitaire-c-est-une-construction-coloniale.jpg

Structure urbaine:

Chaque ville a ses caractéristiques qui la spécialisent et la diffèrent aux autres. Constantine avec sa richesse naturelle et mélange urbain que laissent la cristallisation des civilisations surtout turque et française donnent un contraste visuel très apparent au niveau de la structure urbaine, qui se compose de l’agencement d’éléments structurant la distribution et la pratique de l’espace urbain :

La trame viaire :

Elle structure l’espace sa forme s’adapte à la topographie du rocher, elle repend au principe de l’intimité et se devise en trois :
a)rue primaires : 
Permet la transition directe entre deux points, place et pont ou pont et pont, elles peuvent prendre des formes rectilignes ou sinueuses, comme exemple on a :
  • Les trois percées :
    • L’Arbi ben m’hidi : que relie la place du 1er novembre 1954(bab el oued), et le pont el kantra, dans cette rue le commerce du gros est l’activité dominante, c’est pour cela on trouve une très forte circulation piétonne et mécanique, ainsi que le stationnement au bord du trottoir
    • La rue didouche MOURAD(19 juin 1965) : Se caractérise par un trafic quotidien dense de la circulation piétonne à cause de la concentration de diverses activités commerciales sur les deux rives de cet axe, d’autre part on trouve un faible trafic mécanique.
    • La rue Meriem bouatoura(si abdallâh) : moins commerçante que les deux premières, contient en plus le service administratif
  • La rue Mellah Slimane :
  • Relie les deux ponts, sidi rached et, la passerelle Mellah Slimane), cette rue est large puis étroite à cause de la topographie du rocher et les décrochements des constructions.
  • Cette rue piétonne est considérée primaire à cause de sa fonction commerciale (moderne, traditionnel, et friperie), et son rôle structurant de la zone de sidi rached et souika.
  • La rue tatache :
  • Relie les deux ponts el kantra et sidi m’cide, se caractérise par une forte circulation mécanique, alors que la circulation (le flux), piétonne est plus faible à cause de la forte pente.
  • La rue Rouegue Said (r’sif), et la rue Keddid Salah (El djazarine) :
  • Se sont deux anciens axes commerçants, denses de piétonnes, se sont deux pôles attractifs de commerces, se caractérisent par des passages très étroits (2 m), ils se croisent à la place rahbet es souk.
la-trame-viaire-de-la-vielle-ville-de-constantine.jpg
b)rues secondaires :
Plus ou moins irrégulières, plus étroites, elles se greffent sur les rues primaires pour relier :
  • Deux artères principales
  • Deux placettes
  • Une artère principale et une placette
Elles permettent aussi le passage piétonne, et parfois même mécanique mais ce dernier c’est uniquement pour livraison ou chargement de marchandise (boulevard louheb bachir-mekaad el hout), ces rues peuvent être droite et contient des escaliers (boulevard noui m’hidi), il y a aussi la rue ben cheick lefgoun : Qui communique par des impasse avec l’espace public et débouche finalement sur la rue la batha.
Rue ben zaghouta : rue de forte pente, très caractéristique de la basse souika, est exclusivement piétonne.
C)rues tertiaires :
Reflétant le mode de vie musulman, l’intimité, se sont des accès directes aux maisons, espace privé qui pris le nom des familles propriétaires, derb ben cherif, bech tarzi.
Ces impasses sont étroits et courts et peuvent rassembler de 4 à 20 maisons, ils prennent différentes formes : droit, ben cheri.

la-trame-viaire-de-la-vielle-ville-de-constantine-impasse-brisee-bech-tarzi.jpg
Impasse brisée,bech tarzi
la-trame-viaire-de-la-vielle-ville-de-constantine-impasse-de-forme-t-diahi.jpg
Impasse de forme T, diahi
la-trame-viaire-de-la-vielle-ville-de-constantine-impasse-de-forme-y-dans-l-axe-keddid-salah.jpg
Impasse de forme Y, dans l’axe keddid salah

Les places :

on peut citer quelques-unes :
  • La place si el haouas : la médina compte peu de place et celle du palais du bey, se distingue par sa surface et sa vocation, bordée de constructions coloniales.
  • RAHBET essoufe : c’est un pole d’attraction de tracé sinueux et rectiligne, il s’entoure de construction obéissant aux règles d’urbanisme de l’époque coloniale et notamment au plan d’alignement.
la-place-de-rahbet-essouf.jpg
  • RAHBET djemel : où sont vendu, les articles de contre bandes.
la-place-de-rahbet-djmel.jpg
  • La place de sidi djlisse : c’est une petite place entourée par certaines activités artisanales, autrefois il avait une fontaine.
la-place-de-sidi-djlisse.jpg
  • La place du 1er novembre.
la-place-du-1-er-november.jpg

situation-des-places-et-rahbets-dans-la-carte-avec-photos.jpg

La trame batie :

La médina se caractérise par une diversité spatiale qui se compose de deux trames différentes :
  • La trame européenne : se situ à l ’Ouest, se présente par des îlots réguliers et airé, chacun peut contenir une seule parcelle ou plus de différentes formes et surfaces et qui porte des volumes (immeubles) de hauteur importante.
trame-europienne-reguliere-la-vielle-ville-de-constantine.jpg
  • La trame traditionnelle : se situ à l ’Est plus dense et compact que le premier tissu, l’îlot ici contient plusieurs parcelles de différentes formes et surfaces, les immeubles ici ne dépassent pas (r+3).
trame-traditionnelle-irreguliere-dense-la-vielle-ville-de-constantine.jpg
on trouve aussi de différent îlot :
  • îlot longitudinal
ilot-transversal-vielle-ville-de-constantine.jpg
  • îlot transversal
ilot-longitudinal-vielle-ville-de-constantine.jpg
  • îlot boutique
ilot-boutique-vielle-ville-de-constantine.jpg
  • îlot détruit ou presque (vide)

Les activites commerciales :

Se présentent dans la fonction commerciale et service, qui s’exprime par le commerce, l’alimentation, équipement de la personne ou de la maison, l’artisanat, et les services privés, liés à la population tel que médecin, avocat, photographe…
Tous les locaux disponibles donnant sur rue ont été exploités, les fondouks reconvertis exclusivement en lieu productif ainsi que des parties de certaines maisons réservées à cet usage.
Les rues commerçantes, comme exemple la rue mellah sliman, et keddid salah, ont une très forte densité linéaire, cette dernière exprime l’importance du caractère commercial de l’artère.
rue-commercante-vielle-ville-de-constantine.jpg
Dans le rocher on trouve pas que le commerce du détail, mais aussi celui du gros ou il apparaît bien dans la rue l’arbi ben m’hidi.
la-densite-commerciale-des-rues-de-la-vielle-centre-ville-de-constantine.jpg
La spécialisation des rues dans la vielle ville est le caractère organisateur au niveau spatial, actuellement, il y a des rues qui gardent toujours sa spécialisation comme « el djazzarin » (keddid salah), et des autres qui la perdent comme « ennahacine », a sidi djlisse.
la-specialsation-des-rues-commersantes-de-la-vielle-centre-ville-de-constantine.jpg

Les équipements :

La médina posée d’un rayonnement qui dépasse les limites du rocher et de l’agglomération constantinoise, grâce aux équipements soit traditionnels, ou modernes :
Les équipements traditionnels : sont les équipements hérités avant la colonisation et qui fonctionnement à nos jour.
  • Les équipement spirituels (mosquées et zouias)
  • Les équipements sociales (hammam)
  • Les équipements modernes : se sont établissements qui renforcent le rôle polarisateur de la médina :
    • Les équipements éducatifs
    • Les équipements culturels : le théâtre régional, le centre culturel islamique
    • Equipements sanitaires : se trouvent d’une manière satisfaisante et elle offre un très grand service
    • Equipements administratifs : la médina est le siège de la wilaya, l’APC, et aussi le tribunal militaire et la prison (influence régionale)
    • Equipements financiers : le système bancaire médinois se compose de huit établissements se distinguant entre eux par la nature des opérations traitées.
carte-de-la-vielle-ville-de-constantine.jpg
legende-carte-de-la-vielle-ville-de-constantine.jpg
1
Direction de la Douane
H8
1
Services des Douanes
D7
2
Direction S.N.T.F.
E6
3
Direction de la Planification et de l’Aménagement du Territoire
D8
4
Direction des Travaux Publics
D8
5
Central Téléphonique
D7
6
Maison de l’Agriculture
D7
7
Office National Algérien du Tourisme
D7
8
Office Local du Tourisme
D8
9
Service de l’Hydraulique
H8
10
Sonelgaz
F6
11
Station Radio
F6
12
U.N.M.E.P. (Journaux Echaab Ennasr etc…)
E6
13
Hôtel des Finances
D7
14
Caisse Nationale du Logement
H8
15
Direction de l’Education
C8
16
Annexe de l’Inspection Académique
G7
17
Centre d’Orientation Scolaire et Professionnelle
D7
18
Centre de la Documentation Universitaire
E7
19
Centre National de la Technologie Informatique
H6
20
Office de la Documentation Universitaire
D8
21
Institut de Formation de Cadres pour Handicapés
F6
22
Ecole de Formation d’Instituteurs
F6
23
Centre des Aveugles
H4
24
Centre Culturel Français
D8

Foyer des Sourds Muets
H7
26
Maison d’Etudiants
E7
27
Maison de Jeunes
D7
28
Direction de la Santé et Protection Sociale
D7
29
Ligue de Football
E6
30
Air Algérie
D7
31
Air France ( ? )
D7
32
ENTVM (Ex CNAM)
D7
33
Station Bus et Taxi
D7,E7


La fonction culturelle :

La valeur paysagère :

La médina de Constantine apparaît comme une gravure, un gigantesque monument, qui témoigne les innovations architecturales millénaires, sa valeur paysagère réside, dans sa perception comme un tout malgré le mélange de technique et d’architecture 
La médina disent les Constantinois belad et haoua, la cité de l’aire, la cité du ravin, le travail titanique des eaux du rhumel, qui est de place en place disparaît sous des arches colossales qu’il a creusées lui même.
L’analyse paysagère a été à partir des éléments suivant :
  • L’entrée : c’est le lieu de passage et du rassemblement
  • Les parcours : se sont des voies primaires, secondaires ou tertiaires, limitent du rocher et les points.
  • Les vues : ouvertes sur des dominantes (bâtiments), sur la ville ou la compagne, boulevard zighoud youcef : (ex : bd de l’abîme), est taillé à même le rocher et comporte plusieurs tunnels avec belvédères, c’est l’endroit rêvé pour avoir une vue sur une partie des gorges du rhumel et le panorama immense s’étendant sur la vallée du hamma bouziane avec le merveilleux coucher du soleil (monument aux morts).
les-vues-apartire-de-la-vielle-ville-centre-constantine.jpg

La valeur urbaine et architecturale :

Le mélange naturel et historique résultant de la situation caractéristique de la médina la donne une diversité paysagère et une multitude de témoins(équipements), a valeur architecturale exceptionnelle, ainsi que les vues urbaines et architecturales sont des perspectives des importantes bâtisses, des tronçons de rues avec les constructions qui les bordent soit constructions traditionnelles ou européennes.
  • Equipements traditionnels :
    • La mosquée : construit avant l’époque turque sur des vestiges des sanctuaires romains
    • La mosquée sidi Lakhdar : Construite en 1743 contient les tombeaux de Hassan bey et ses successeurs.
    • La zaouïa sidi Abderahman : Se situe à charaa se caractérise par son architecture originale et sa fonction sociale et religieuse.
    • Le palais du bey : (1827) : un des plus complets échantillons de l’architecture arabe, comparé aux habitations des mille une nuits. 
  • Equipements européens :
    • Le théâtre (1883) : se situ dans la place du 1er novembre
    • La medersa : contient trois coupoles, et se caractérise par son style tirer de l’architecture grandiose turque
    • Les ponts : Constantine est connue par la ville des ponts suspendus, les ponts sont construits afin de lier le rocher aux autres masses de la ville.
date-de-construction-de-certains-edifices-de-la-vielle-ville-centre-ancien-de-constantine.jpg
valeur-du-patrimoine-de-la-vielle-ville-centre-ancien-de-constantine.jpg

Le paysage se caractérise par les éléments structurant l’espace :

  • Le point d’appel : se caractérise par sa hauteur et on peut le voir de tous les cotés, la qualité principale du « point d’appel » est sa singularité dans le rocher on trouve comme point d’appel
    • Le cyprès : sa hauteur est environs 45 m se situ dans la basse souika
    • Le minaret de la grande mosquée : sa hauteur est 40 m 
  • Point de repère : « certains points de repère sont des objets éloignés dont la nature est d’être vus sous les nombreux angles et à des distances variées, dépassant le sommet des éléments plus petit, et servant de point de référence radiale » kevin lunch
Ces points nous permettent de se repérer : ponts, places, la medersa, la mosquée, la mosquée…

coupe-urbaine-sur-le-rocher-du-centre-ville-veille-de-constantine.jpg
Read More

jeudi 18 janvier 2018

Cours Histoire de l'architecture La révolution industrielle

17:45:00 0

La révolution industrielle

cours-histoire-de-l-architecture-la-revolution-industrielle.jpg

DEFINITION

  • La révolution industrielle est la deuxième que connait le monde.
  • La première révolution a été agricole; c’est la révolution agricole du néolithique (préhistoire) qui a contribué au passage d’une société nomade de chasseurs-cueilleurs à la société sédentaire de producteurs agricoles.
  • Cette première révolution a fait naitre les groupes sociaux, l’artisanat, le développement du commerce, la création de villes et de pays.
les-chasseurs-cueilleurs.jpg
Les chasseurs-cueilleurs
producteurs-agricoles.jpg
Producteurs agricoles
Ainsi, la révolution industrielle au 19e siècle est une période où nous assistons au passage d’une société agricole à une société dominée par la mécanisation de la production de biens non alimentaires.
  • La révolution industrielle a Commencée en Angleterre vers le milieu du 18e siècle pour s'étendre ensuite au reste de l'Europe de l'Ouest au 19e siècle.
  • Cette révolution entraine une accélération de l’urbanisation et provoquant une supériorité technique et économique de la société occidentale sur les autres.
  • Elle assure à l'Europe une position dominante dans le monde vers 1914.
la-revolution-industrielle-l-usine-envahie-tous-les-paysages.jpg
La révolution industrielle: l'usine envahie tous les paysages

LES CAUSES

Diverses circonstances favorables à l’expansion économiques existaient à l’époque, notamment en Angleterre ou on peut citer les principales causes de cette révolution :
  • Dynamisme du "grand commerce colonial"
    • Le commerce colonial est source de grands profits, il permet "l'accumulation primitive du capital". Celle-ci rend possible l'investissement, notamment dans les nouvelles techniques.
    • L'existence d'un marché extérieur aux profits prometteurs encourage l'industrialisation du marché intérieur pour répondre à la demande étrangère. En Angleterre par exemple, le développement du port de Liverpool "est l'heureux effet du commerce colonial
les-principales-voies-commerciales-au-xvii-siecle.jpg
Les principales voies commerciales au XVII siècle
  • Une agriculture plus performante
    • Amélioration de la rotation des cultures
    • Utilisation d'engrais
    • Nouveaux outils agricoles
    • Les enclosures : La Grande-Bretagne a adopté une loi sur les Enclosures en 1760. Cette lois va permettre aux grands propriétaires de regrouper des terres qui étaient utilisées par des paysans. Ainsi, les propriétaires augmentent leur production agricole (avec de nouvelles techniques et de nouveaux outils) et les paysans doivent aller se chercher du travail en ville (exode rurale).
  • Une population en croissance
    • Une augmentation de la production agricole entraîne une augmentation de la population.
    • Une population mieux nourrie est une population plus en santé: on vit plus longtemps, on fait plus d'enfants.
    • Voilà toute la main-d'œuvre nécessaire pour les nombreuses usines qui apparaîtront durant la révolution industrielle.
une-population-en-croissance.jpg

  • La multiplication des inventions dès le 18e siècle, en Angleterre, dans le textile, la métallurgie et l’énergie, avec la machine à vapeur de James Watt (1769). Le plus souvent, ces inventions sont dues à l’ingéniosité d’artisans, au désir de répondre aux besoins du marché, d’où l’enchainement des inventions pour les « mécaniques » textiles.
  • Le passage rapide de l’invention à l’innovation technique : la fabrication des machines ou l’application des procédés nouveaux nécessite des capitaux fournis, suivant quelques exemples anglais, par de grands propriétaires fonciers ou de grands commerçants ou plus souvent par autofinancement et croissance interne des entreprises industrielles naissantes.
  • Le passage de l’innovation technique à l’innovation industrielle, qui fait de l’entrepreneur, selon Schumpeter, le personnage central de la révolution industrielle. A cet égard, l’Angleterre semble également plus favorisée que la France. Il existait un grand nombre d’entrepreneurs capables d’exploiter la présence simultanée des inventions, des ouvriers et des capitaux,
  • La pression de la demande interne et externe plus forte en Angleterre qu’en France, malgré une population trois fois plus faible, la Grande Bretagne représentait un marché unifié et plus consommateur, et surtout vendait déjà des produits manufacturés réputés dans le monde entier. La France ne retrouve un commerce extérieur significatif que longtemps plus tard.
la-machine-a-vapeur-de-james-watt.jpg
La machine à vapeur de James Watt
D’autres raisons peuvent être résumées dans les points suivants :
  • La présence de capitaux énormes favorisés par l’inégale distribution des revenus,
  • Le faible taux d’intérêt,
  • L’offre croissante de main-d’œuvre,
  • La liberté relative accordée aux groupes non conformistes et aux dissidents religieux qui faisaient preuve d’une grande activité dans l’industrie,
  • L’attitude de l’état qui pose des obstacles moins rigides que d’habitude.

QUELQUES STATISTIQUES !!!

Au milieu du 18e siècle, l’Angleterre compte environ 6.500.000 habitants ; en 1801, lorsqu’on procède au premier recensement, on en compte 8.892.000, et en 1831 environ 14 millions.
Cette augmentation n’est pas due à un accroissement du taux de natalité – qui reste presque constant durant cette période, entre 37,7 et 36,6 pour mille – ni à un excédent des immigrations par rapport aux émigrations ; mais elle est due à une réduction décisive du taux de mortalité qui passe de 35,8 (pour décennie 1730-40) à 21,1 pour mille (pour la décennie 1811-21).
Il est certain que les causes de cette réduction sont surtout d’ordre hygiénique : amélioration de l’alimentation, de l’hygiène personnelle, des établissements publics, des habitations, progrès de la médecine et meilleure organisation des hôpitaux
L’augmentation de la population s’accompagne d’un développement de la production jamais vu auparavant :
  • de 1760 à 1830, la production de fer passe de 20.000 à 700.000 tonnes ;
  • la production de charbon de 4.300.000 à 15 millions de tonnes ;
  • l’industrie du coton, qui, au milieu du 18e siècle en traitait 4 millions de livres, en travaillait environ 270 millions en 1830. Cette augmentation est à la fois qualitative et quantitative.

NAISSANCE DE L’USINE

NAISSANCE DE LA MACHINE

La Révolution Industrielle commence en Angleterre grâce (entre autres) à l’invention de la machine à vapeur de l’écossais James Watt (1769).
La machine à vapeur conduit à la mécanisation de nombreuses activités:
  • mise au point de machines textiles.
  • nouvelles techniques de fabrications de l’acier et de la fonte.
la-machine-a-vapeur-de-james-watt.jpg
La machine à vapeur de l’écossais James Watt


NAISSANCE DE L’USINE

la-pientures-de-l-artiste-impressionniste-pissaro.jpg
La Peintures de l’artiste impressionniste PISSARO
l-usine-envahie-la-compagne.jpg
L’usine envahie la compagne
les-hommes-et-les-machines-sont-concentres-dans-un-lieu-unique-l-usine.jpg
Les hommes et les machines sont concentrés dans un lieu unique « l’usine »
usine-et-machines-de-textile.jpg
Usine et machines de textile
l-usine-source-de-transformations-sociales.jpg
L’usine, source de transformations sociales

LA RÉVOLUTION DES TRANSPORTS

  • Le chemin de fer est inventé en 1817 par l'anglais GEORGE STEPHENSON (1781-1848) .
  • Il achemine des marchandises et des voyageurs en des temps record.
  • Il crée de nombreux emplois (sidérurgie, BTP).
  • Le chemin de fer contribue au développement de l’économie et de l’industrie.
  • Les villes vont connaitre une grande croissance grâce à ce nouveau mode de communication.
  • La révolution des transports, avec la construction des réseaux ferrés et les bateaux à vapeur, favorise l'accroissement des échanges intérieurs et internationaux échanges intérieurs et internationaux.
la-rocket-locomotive-construite-dans-l-usine-des-freres-george-et-robert-stephenson-a-newcastle-grande-bretagne-la-revolution-des-transports.jpg
la-machine-a-vapeur-a-revolutionne-le-19-siecle.jpg
La machine à vapeur a révolutionné le 19e siècle
la-gare-saint-lazare-a-paris-peinture-de-claude-monet.jpg
La gare saint Lazare à Paris peinture de Claude Monet
construction-of-the-metropolitan-railway-the-worlds-first-underground-railway-the-railway-opened-in-1863.jpg
Construction of the Metropolitan Railway, the world's first underground railway. The railway opened in 1863

MÉCANISATION DU MÉTIER À TISSER ET DE LA MÉTALLURGIE

mecanisation-du-metier-a-tisser.jpg
Mécanisation du métier à tisser
nouvelles-techniques-de-fabrications-de-l-acier-adolph-von-menzel-le-laminoir-enfer-1872-1875.jpg
Nouvelles techniques de fabrications de l’acier
un-atelier-de-forges-au-19e-siecle.jpg
Un atelier de forges au 19e siècle

MÉCANISATION DU TRAVAIL AGRICOLE

  • L'agriculture va connaitre une mécanisation rapide de la production.
  • Les machines remplacent les paysans qui doivent partir en ville.
  • L'amélioration de l'outillage, l'utilisation des engrais chimiques, et le recours à la sélection des semences entraînent l'augmentation des rendements agricoles. rendements agricoles
mecanisation-de-l-agriculture.jpg

LA RÉVOLUTION DÉMOGRAPHIQUE

  • Exode rural sans précédent.
  • La croissance des villes est générale. Londres atteint 2.5 millions d'hab. en 1850.
  • De 1800 à 1900 l'espérance de vie des Européens passe de 35 à 50 ans.
  • La population européenne double et beaucoup d'Européens émigrent vers les "nouveaux mondes".
18e siècle :
  • Chaque pays compte plusieurs villes importantes (+300 mille habitants) et il y a d'autres villes " géantes " (Londres, Naples, Paris).
  • 19e siècle :
  • Explosion des villes. Causes : Exode rural, démographie galopante...
  • Accroissement des villes très peuplées (500 mille) et plusieurs "
  • géantes " (1 million : Londres, Paris...)
Multiplication des villes + exode rural + monde ouvrier :
  • Concentration de la population près des usines.
  • Conditions d'hygiène, de travail très dures pour un salaire minimum.
  • Accroissement de la pauvreté.
  • Campagnes : ressources < population.
  • Paupérisation généralisée.
  • Croissance démographique, facteur de croissance économique.
  • Du point de vue de l'offre, la croissance démographique entraîne un gonflement du démographique entraîne un gonflement du marché du travail, les enfants étant très vite en âge de travailler (dès 4, 5 ans). C'est la constitution " d'une armée industrielle de réserve " (Marx) permettant de diminuer les salaires.
Filature de coton en Caroline du Nord (États-Unis), 1908. Main-d'œuvre souple et bon marché, les femmes et les enfants furent des ouvriers de choix dans les usines, en particulier celles du textile, nées de la révolution industrielle.

CONCENTRATION DE POPULATION DANS LES VILLES

paris-en-1869-vue-par-le-peintre-adolph-von-menzel.jpg
Paris en 1869 vue par le peintre Adolph von Menzel

NAISSANCE DU CAPITALISME LIBÉRAL

  • La révolution industrielle c’est le triomphe du capitalisme.
  • C’est un système économique qui se caractérise par l’accumulation du capital (terres, argent) et c’est aussi le réinvestissement de ce capital.
  • C’est aussi la libre concurrence entre les entreprises et la libre entreprise (libre choix du produit à commercialiser).
  • C’est la recherche du profit.
  • Le capital nécessaire à la création d'une entreprise dépasse les possibilités d'individus isolés.
  • On assiste au développement de sociétés par actions cotées en bourse.
  • C’est la naissance des entreprises et des banques modernes.
  • Les banques deviennent aussi des sociétés par actions ouvertes à l'épargne de tous (Crédit Lyonnais 1863).
  • Le niveau de vie des Européens augmente.
  • Les échanges, sous l'impulsion de la Grande-Bretagne championne du libre-échange, s'accroissent.
  • En 1850 l'Angleterre produit 50% de la production industrielle mondiale mais les Etats-Unis et l'Allemagne la rattrapent peu à peu.
  • L'écart de développement se creuse entre les pays industrialisés du Nord et les autres.
  • La domination économique de l'Europe sur le monde.

LES TRANSFORMATIONS DE LA SOCIÉTÉ

  • De nouvelles catégories de population apparaissent : la bourgeoisie et le prolétariat (les ouvriers).
la-bourgeoisie-et-le-proletariat-les-ouvriers.jpg

LE PROLÉTARIAT NOUVELLE CLASSE

  • Au 19 ème siècle la standardisation et la répétition des tâches contribue à multiplier les emplois d'ouvrier non-qualifié, peu rémunéré. qualifié, peu
  • Cette nouvelle catégorie sociale est appelée le prolétariat.
  • Ces conditions de travail et de vie sont très dures.
  • Les ouvriers adoptent les idées du socialisme et se syndicalisent
la-class-du-proletariat-quartier-population-a-paris-au-19-eme-siecle.jpg
La classe du prolétariat: quartier populaire à Paris au 19 ème siècle
la-crise-du-logement-la-revolution-industrielle.jpg
La crise du logement

LA BOURGEOISIE CLASSE DOMINANTE

  • A l'Ouest de l'Europe les idées de 1789 permettent la fusion entre la noblesse et la bourgeoisie enrichie par l'industrie (dynastie d'industriels).
  • Les valeurs morales de la bourgeoisie triomphent : épargne, travail, famille, libreentreprise.

la-bourgeoisie-classe-dominante-du-19-eme-siecle-la-revolution-industrielle.jpg

NAISSANCE DE LA CLASSE MOYENNE

  • Avec l'essor de l'industrie; les services se développent.
  • Les métiers de fonctionnaires, journalistes, avocats, médecins… se répandent.
  • Les villes reflètent dans leurs quartiers cette nouvelle division sociale.

LES CHANGEMENTS CULTURELS

  • Au 19e siècle on pense que la science permet de tout résoudren et que ses progrès sont sans limites ;
  • La Tour Eiffel, construite en 1889, les machines sont les symboles de l'âge de l'acier ;
  • La Bible est contredite par la théorie de Darwin sur l'évolution des espèces.
  • La religion recule face à la généralisation de l'enseignement laïque et public.

VERS UNE CULTURE POPULAIRE DE MASSE

  • La presse populaire et ses romans-feuilletons captivent un large public.
  • L'accès à l'instruction, aux musées permet d'élever le niveau culturel.
  • Enfin en 1895 le cinéma permet à tous l'accès à une culture populaire.

CHANGEMENTS ARTISTIQUES ET RUPTURES

  • Les Impressionnistes, à partir des années 1860 - 1870, font scandale en rompant avec la perspective et le travail en atelier.
  • Ce n'est plus le thème choisi ou le dessin qui priment pour eux, mais la composition et la lumière.
  • Les Impressionnistes les plus importants sont Manet, Van Gogh, Monet.
    l-impressionnisme-auguste-renoir-au-bord-de-la-mer-1883-la-grenouillère-1869-la-revolution-industrielle.jpg
    L’impressionnisme: auguste renoir
l-impressionnisme-claude-monet-la-plage-a-sainte-adresse-1867-la-grenouiller-1889-la-revolution-industrielle.jpg
L’impressionnisme: claude monet
l-impressionnisme-edgar-degas-la-repasseuse-1869-la-revolution-industrielle.jpg
Impressionnisme: edgar degas
impressionnisme-camille-pissarro-coucher-de-soleil-a-rouen-le-dechargement-du-bois-1896-la-revolution-industrielle.jpg
Impressionnisme: camille pissarro «coucher de soleil à rouen, le déchargement du bois», 1896
l-impressionnisme-paul-cezanne-la-montagne-sainte-victoire-vue-de-bellevue-1882-1885-compotier-verre-et-pommes-1880-la-revolution-industrielle.jpg
L’impressionisme: paul cézanne
l-impressionnisme-van-gogh-fritillaire-couronne-imperiale-dans-un-vase-de-cuivre-1887-le-semeur-au-soleil-couchant-1888-la-revolution-industrielle.jpg
L’impressionisme: van gogh
  • A la fin du 19 ème et le début du 20 ème l'art éclate en plusieurs tendances telles que le Symbolisme, l'Expressionnisme et surtout le Cubisme.
  • Picasso, inspiré par les sculptures africaines et ibériques, peint les "Demoiselles d'Avignon" en 1907 annonçant la peinture actuelle.
  • Le cubisme constitue par son aspect expérimental le mouvement artistique le plus radical du premier quart du 20 ème siècle. On considère généralement qu'il est à l'origine de tous les courants abstraits de l'art moderne et qu'il a exercé une influence profonde sur l'architecture et l'esthétique industrielle du xxe siècle.
symbolisme-jean-ransy-eclipse-la-revolution-industrielle.jpg
Symbolisme, Jean Ransy, eclipse

cubisme-george-braque-nature-morte-harpe-et-violon-ceret-automne-1911-la-revolition-industrielle.jpg
Cubisme: george braque Georges Braque (1882-1963), Nature morte, harpe et violon. Céret, automne 1911
cubisme-pablo-picasso-la-revolution-industrielle.jpg
Cubisme: Pablo Picasso 
l-expressionnisme-franz-marc-kampfende-formen-combat-de-forme-1914.jpg
L’ expressionnisme : Franz Marc, kampfende formen (combat de formes), 1914.

LES CONSÉQUENCES DE LA RÉVOLUTION INDUSTRIELLE ET LES REMÈDES  

NAISSANCE DE L’USINE: LE NOUVEAU PAYSAGE DU MONDE INDUSTRIALISÉ

NAISSANCE DE LA CITÉ INDUSTRIELLE
  • Avec la mécanisation de la production nous assistons à l’éclatement du cadre urbain traditionnel.
  • Les premières industries du textile, de l’exploitation minière, de la métallurgie vont s’implanter en dehors des villes, à proximité des sources d’énergie, de matières premières, de main d’œuvre et près des nœuds de communication.
  • Les premières cités ouvrières sont implantées le plus près des usines.
  • Les villes existantes verront l’implantation de manufactures accélérant l’urbanisation et enkystant usines, ateliers et taudis dans les replis du tissu urbain.
Enkystement : formation d’une couche de tissu dense autour d’un corps étranger qui se trouve ainsi isolé de son environnement
LE NOUVEAU PAYSAGE DU MONDE INDUSTRIALISÉ
la-ville-d-elbeuf-exclamation-de-bonapart-en-visite-a-elbeuf-en-1802.jpg
La ville d’Elbeuf : « Elbeuf est une ruche, tout le monde y travaille ». L'exclamation de Bonaparte, en visite à Elbeuf en 1802.
Entre la Seine au fond et la rivière du Puchot au premier plan à gauche, on découvre un paysage mixte, industriel et manufacturier.
NAISSANCE DE LA CITÉ INDUSTRIELLE
  • L'éclatement des villes industrielles marchandes hors des murs de la cité médiévale changent la politique d'implantation des industriels.
  • Ils préfèrent s'installer aux abords des villes et préfèrent bénéficier ainsi de la structure des villes sans en subir, ni le contrôle, ni les inconvénients.
  • Le quartier de la gare ou de l'usine à gaz développe ainsi son tissu urbain sans souci des lois élémentaires de l'hygiène.
transformations-de-la-campagne-durant-la-revolution-industrielle-en-angleterre.jpg
Transformations de la campagne durant la révolution industrielle en Angleterre
transformations-de-la-campagne-durant-la-revolution-industrielle-en-france.jpg
Transformations de la campagne durant la révolution industrielle en France

LA DÉGRADATION DES CONDITIONS SANITAIRES

  • La soudaine croissance démographique, sans précédent dans l’histoire, va conduire inévitablement à la dégradation des vieux quartiers où s’entassaient les populations les plus pauvres, et à la construction de logements rudimentaires à très bon marché.
  • Au début de l’industrialisation, lorsque les transports urbains n’étaient pas encore développés, la solution qui arrangeait le mieux les industriels était de fournir le plus grand nombre d’abris rudimentaires le plus près des centres industriels de production.
  • L’exemple le plus sinistre est la construction des « back to back housing ». Ces zones d’habitation étaient surpeuplées sans aucune norme de confort et d’hygiène avec des installations sanitaires souvent inexistantes ou primaires , des toilettes communes, des lavoirs et des poubelles à l’air libre.
  • Avec des systèmes d’écoulement des eaux usées (égouts) à l’air libre et un entretien inadéquat, ceci provoquaient l’entassement des excréments et des ordures, conditions qui seront à l’origine de beaucoup de maladies telles que la tuberculose et plus alarmant encore des épidémies meurtrières, notamment entre 1830 et 1850.

decgradation-des-conditions-sanitaires-19-th-centry-back-to-back-houses-england-la-revolution-industrielle.jpg
19th-Century Back-To-Back Houses, England
  • L’entassement des populations, la dégradation des conditions sanitaires et l’absence d’hygiène déclencheront des conséquences dramatiques.
  • C'est à cette époque que les conditions de travail sont les plus dures.
  • Les épidémies, la mortalité infantile, la misère augmentent et une vague de révolte commence à apparaître.
  • Les réactions contre ce genre de situations vont se manifester dans le souci d’améliorer les conditions des classes défavorisées par les protagonistes de la stratégie sociétaire, de l’idéologi hygiéniste, de l’urbanisme socialiste et les utopistes et autres visionnaires.
pollution-des-cites-inductrielles-la-revolution-industrielle.jpg
Pollution des cités industrielles

la-degradation-des-condition-sanitaires-travail-des-enfants-dans-une-mine.jpg
Travail des enfants dans une mine
  • Un mouvement hygiéniste, assimilant hygiène et morale, est apparu avec un certain nombre de médecins qui commencent à dénoncer la misère des sites industriels.
  • Les réactions contre ce genre de situations vont se manifester dans le souci d’améliorer les conditions des classes ouvrières en particulier et défavorisées en général, d’abord par diverses associations de bienfaisance et philanthropiques avec la participation des autorités locales qui vont tenter d’améliorer la qualité du logement ouvrier.
  • En même temps, nous verrons l’intervention des protagonistes de la stratégie sociétaire, de l’idéologie hygiéniste, de l’urbanisme socialiste et les utopistes ainsi que les industriels eux-mêmes promettant à leurs ouvriers des villages paternalistes.

LA PAUVRETÉ

habitat-des-pauvres-a-londres-au-19-eme-siecle.jpg
Habitat des pauvres à Londres au 19 ème siècle

NAISSANCE DE LA CITÉ OUVRIÈRE

  • L'histoire de l'architecture est principalement celle des grands édifices, ceux qui propulsèrent l'art de la construction et représentent l'image que nous avons de notre société, nos croyances, nos codes et nos valeurs.
  • Les habitations ordinaires, dans lesquels la plupart des hommes ont vécu à travers l'Histoire n’ont pas eu une grande importance.
  • Mais lorsque l'on arrive au 19e siècle, il devient Impossible d'ignorer les simples habitations. Pourquoi ?
  • La révolution industrielle a déplacé la main-d’œuvre de la campagne dans les villes par milliers, mais a déclenché l'essor de l'industrie de la construction « en série » de maisons. La méthode industrielle fut appliquée, a la construction de logements pour les ouvriers de l'industrie.
naissance-de-la-cite-ouvriere-la-ville-industrielle-d-elbeuf-la-revolution.jpg
La ville industrielle d’Elbeuf
  • Favorisés et encouragés par le chemin de fer, les logements en nombre, des rangées de petites maisons mitoyennes en briques rouges, s'élevèrent autour des gares, â côté de viaducs, le long des canaux et dans l'ombre des usines fumantes.
  • Le paysage urbain de la Grande-Bretagne, puis de l'Europe, des États-Unis fut petit à petit différent de la plupart du reste du monde et était à jamais changé.
  • La ville industrielle était née.
  • La vitesse à laquelle les quartiers pour les classes prolétariennes furent construits fut aussi étonnante que la vitesse à laquelle le chemin de fer se développa à travers la Grande-Bretagne, puis l'Europe et les États-Unis.
  • Les problèmes que la ville industrielle engendra furent impossibles à résoudre par les seuls architectes.
  • Les logements pour les masses étant construits sans qu'une grande attention soit apportée au système sanitaire, aux égouts, à l'eau courante, à la lumière et à l'air frais. Par conséquent, les villes industrielles furent les proies de terribles vagues de choléra et autres maladies épouvantables.
  • Les industriels étaient conscients des conditions misérables dans lesquelles vivaient leurs ouvriers, sachant que la maind’œuvre ne coûtait qu’une bouchée de pain au 19 ème siècle.
  • Cependant, les ouvriers qualifiés devenaient de plus en plus précieux tandis que les machines montées en usine (comme les locomotives qui ont tiré toujours plus loin la révolution industrielle) devenaient de plus en plus complexes et demandaient un personnel compétent.
  • Ce furent les industriels eux-mêmes, (parfois aussi poussés par leur conviction religieuse), qui commencèrent à employer des architectes pour bâtir des villages modèles pour leurs ouvriers.
naissance-de-la-cite-ouvriere-an-attic-occupied-by-a-family-of-ten-in-bethnal-green-london-an-illustration-from-1863.jpg
An attic occupied by a family of ten in Bethnal Green, London an illustration from 1863

  • A la fin du 19 ` siècle, toute l'Europe était concernée par la question du logement. Par conséquent, le problème de la qualité de vie des ouvriers, mais aussi la notion de ville moderne saine faisaient partie des priorités.
  • Au début, ce furent les ingénieurs qui se penchèrent sur les problèmes d'aménagement des quartiers insalubres, sur la construction d'égouts et de réseaux de distribution des eaux.

CITÉS OUVRIÈRES AUTOUR D’USINES

  • A partir de 1875, les quartiers ouvriers en Angleterre sont construits à la périphérie des villes industrielles selon les règlements sanitaires et hygiéniques.
  • La volonté d'exploiter au maximum les règlements a engendré une uniformité sans précédent.
  • Les maisons ouvrières sont toutes proches de l’usine.
  • Elles sont construites en alignement.
  • Elles ont toutes la même allure, employant beaucoup la brique.
  • Leur construction repose sur la standardisation.
  • Les maisons étaient construites par les patrons pour leurs ouvriers.
naissance-de-la-cite-ouvriere-vue-generale-des-cites-ouvrieres-de-mulhouse.jpg
Vue générale des Cités ouvrières de Mulhouse
  • Une cité ouvrière est à l'origine une zone résidentielle destinée exclusivement aux ouvriers d'une même usine et à leur famille.
  • Elle est généralement construite par le patron de l'usine.

CITÉ OUVRIÈRE DE SALTAIRE FONDÉE EN 1851

La cité-jardin de Saltaire a été expérimentée par l’industriel utopiste Titus Salt où il essaya de fonder une ville industrielle organisée dans un esprit paternalistique où l’on trouve toutes les institutions urbaines traditionnelles telles que le lieu de culte, l’école, l’asile des pauvres, le centre de santé, les bains publics etc. ...
La cité ouvrière de Saltaire paraît illustrer cet urbanisme dans lesquels les envolées lyriques et poétiques des siècles passées sont oubliées : une rue principale qui conduit à la « fabrique » porte les équipements (école, école du dimanche, hôpital, institut, église) et sert de base à la « grille orthogonale de desserte ».
cite-ouvrieres-de-saltaire-fondee-en-1851-maisons-en-alignement-d-une-cite-ouvriere-maisons-d-ouvriers-de-port-sunlight.jpg
Maisons en alignement d’une cité ouvrière, Maisons d’ouvriers de Port Sunlight
Si l’on peut vanter la qualité du graphisme du plan et son aspect fonctionnel, on ne peut parler de composition.
A voir le plan de la cité ouvrière de Saltaire, on pourrait imaginer qu’il a une affinité avec les utopies urbaines de l’époque ? Et pourtant, ces manifestes sociaux sont autant de messages codés qui trouvent des échos dans la « philanthropie illuminée » des industriels de l’époque.

Saltaire est un village modèle édifié pour ses ouvriers par le riche marchand de tissu et propriétaire de filatures sir Titus Salt (1803-1876). aux maisons venaient s'ajouter des magasins, des jardins et des terrains de sport, des hospices, un hôpital, une école et une chapelle. Homme strict, Salt prohiba de Saltaire l'alcool et les pubs.

MAISONS D’OUVRIERS DE PORT SUNLIGHT

La cité jardin de Port Sunlight en Angleterre, ou cité jardin de la lumière et du soleil, est une utopie parce qu’elle repose sur la volonté de créer une cité idéale dans des conditions où l’hygiénisme domine.
La cité jardin Port Sunlight a été fondée par l’industriel William
Hesketh Lever pour loger ses ouvriers travaillant dans ses usines de savon.
L’industriel a personnellement contribué à projeter le village, et a employé presque trente architectes différents.
Entre 1899 et 1914, 800 maisons ont été construites avec une population de 3.500 habitants où l’on trouve Aussi des bâtiments publics, une galerie d’art, un petit hôpital, des écoles, une salle de concert, une piscine, des bains publics ainsi qu’un marché.
maisons-en-alignement-d-une-cite-ouvriere-maisons-d-ouvriers-de-port-sunlight.jpg
Maisons en alignement d’une cité ouvrière, Maisons d’ouvriers de Port Sunlight
La signification historique de cette cité jardin de Port Sunlight se situe dans sa combinaison sans précédent des logements ouvriers fournissant des conditions matériellement décentes dans un aménagement et une conception architecturale qui reprennent les valeurs utopique de la banlieue de jardin, influencées par les idées de William Morris.
Chaque ilot de maisons a été conçu par un architecte différent.
Le côté jardin des maisons offre une Grande intimité.
maisons-d-ouvriers-de-port-sunlight-lever-s-plan-for-port-sunlight-1889.jpg
Maisons d’ouvriers de Port Sunlight, Lever’s plan for Port Sunlight, 1889

maisons-d-ouvriers-de-port-sunlight-plan-for-traffic-distribution-1911-plan-for-a-traffic-place.jpg
Maisons d’ouvriers de Port Sunlight, Plan for traffic distribution, 1911, Plan for a traffic place

CITÉS OUVRIÈRES AUTOUR D’USINES

cite-ouvrier-autour-usine-le-grand-hornu-belgique-1816-1831.jpg
Le Grand Hornu, Belgique, 1816-1831
Le Grand Hornu n’est pas à proprement parler une utopie, c’est d’abord une cité ouvrière « idéale » construite pour retenir les mineurs des charbonnages, une population ouvrière souvent « volatile »
cite-ouvrier-autour-usine-statue-de-henri-de-gorge-dans-la-cour-ovale.jpg
Statue de Henri De Gorge dans la cour ovale

maisons-en-alignementd-une-cite-ouvriere-la-cite-de-la-villedieu-1865.jpg
Maisons en alignement d’une cité ouvrière, La cité de la Villedieu (1865)

maisons-en-alignementd-une-cite-ouvriere-la-combe-des-mineurs-1826.jpg
Maisons en alignement d’une cité ouvrière, La combe des Mineurs (1826)

maisons-en-alignementd-une-cite-ouvriere-montceau-les-mines.jpg
Maisons en alignement d’une cité ouvrière Montceau-les-Mine

cite-ouvrieres-saint-gobain-1913.jpg
Cité Saint-Gobain (1913)
Pour rapprocher les salariés de leur lieu de travail et ainsi empêcher tout retard ; pour surveiller les faits et gestes des ouvriers au travail et après ; pour perpétuer une tradition paternaliste des rapports entre patrons et ouvriers.

Références

  • Histoire de l’architecture Moderne L. Benevolo
  • Histoire critique de l’architecture M. Foura
  • L’architecture, les formes et les styles de l’antiquité à nos jours E. D’Alfonso & D. Samsa
  • L’architecture moderne Alan Colquhoun
  • Histoire de l’architecture de l’antiquité à nos jours Jan Gympel
  • L'architecture du XXe Siecle Peter_Gossel & Gabriele Lethauser
  • A Visual Dictionary Of Architecture F. Ching
  • Modern Architecture, A Critical History Kenneth Frampton
  • http://www.info.univ-tours.fr/~antoine/ Jean-Yves Antoine
  • http://fr.wikipedia.org
Lien de téléchargement
Read More