Faire construire un mur de soutènement : les précautions à ne pas négliger - Archiguelma

Hot

jeudi 14 avril 2016

Faire construire un mur de soutènement : les précautions à ne pas négliger


Faire construire un mur de soutènement : les précautions à ne pas négliger



Dans un terrain en pente, le mur de soutènement est une solution avantageuse et parfois incontournable pour aménager des surfaces de niveaux différents. Mais cet ouvrage comporte des risques s'il est mal réalisé et suppose bien des précautions si on l'envisage.





Le rôle du mur de soutènement ?


Un mur de soutènement est indiqué pour un terrain en pente. Il permet de faire une séparation entre des surfaces qui n'ont pas la même déclivité, par exemple entre le jardin en pente et le niveau plan situé au rez-de-chaussée de la maison. Il est également judicieux dans une maison avec un jardin en rez-de-chaussée et un garage en sous-sol, l'allée en pente qui y mène est bordée par un mur de soutènement, de chaque côté. Il retient la terre et évite qu'elle ne s'éboule vers le niveau inférieur.

Il peut mesurer de quelques dizaines de centimètres à plusieurs mètres de haut. Il était traditionnellement réalisé en pierres sèches, pierres de taille ou en moellons*, de nos jours il est plus souvent en béton armé.

Ce n'est pas un mur de clôture, il est bien plus complexe dans sa structure. Il est en effet très sollicité par la terre qui exerce sur lui de très fortes poussées horizontales, sa fonction étant de l'empêcher de glisser.


Les conséquences d'un mur de soutènement qui cède sous le poids de la terre peuvent être très graves. Cela peut être dû à un éboulement de terrain et les biens (véhicule, meuble de jardin, ou autre) qui sont situés en-dessous risquent d'être écrasés. Ce sinistre est très coûteux, particulièrement si l'ouvrage n'est pas couvert par un contrat d'assurance Dommages-Ouvrage, car dans ce cas, ni les dégâts ni la réparation ne sont remboursés.

Le chantier de réparation qui suit ce type de sinistre doit impérativement commencer par une étude approfondie du sol pour dimensionner correctement l'ouvrage qui va être refait, c'est à dire pour qu'il ait les bonnes mesures qui garantissent sa solidité. Les résultats de cette étude doivent être transmis à la compagnie d'assurance, pour constituer un contrat d'assurance Dommages-Ouvrage. C'est une condition de garantie en cas de sinistre ultérieur.



Les différents causes qui peuvent mettre en doute la solidité du mur


Un mur de soutènement est un ouvrage complexe. Il doit être réalisé selon des règles précises. Nous énumérons ici les causes qui peuvent mettre à mal la solidité de ce mur particulier sachant qu’une seule suffit à entraîner une catastrophe.


• Une étude du terrain mal effectuée

- Chaque terrain a une configuration, une exposition particulière et la terre qui le constitue est de nature différente et plus ou moins meuble. Lorsque le terrain n'est pas étudié avant la construction du mur, cela a pour conséquence une conception hasardeuse et des dimensionnements insuffisants pour le mur.


• Une mauvaise conception et des matériaux non adaptés

- Si les matériaux et les éléments qui constituent le mur ne sont pas d'assez bonne qualité, mais aussi si la maçonnerie de moellons ou les blocs bétons ne sont correctement assemblés.

- Si les armatures du béton armé sont absentes ou insuffisantes.

- Si le système de drainage (situé juste derrière le mur en principe) est absent ou insuffisant, il ne permet pas d'évacuer l'eau contenue dans la terre et celle-ci, trop imbibée d'eau exerce une poussée trop forte, que le mur finit par ne plus supporter.


• Des fondations insuffisantes

- Les fondations d'un ouvrage sont superficielles ou en profondeur, cela varie selon la qualité du sol qui le supporte. Elles doivent être mises impérativement hors-gel et leur profondeur dépend du climat et de l'altitude de la région où le mur est construit. Plus il fait froid l'hiver et plus les fondations du mur de soutènement devront être pratiquées en profondeur. Dans certains cas, cette règle n'est pas respectée et le mur ne peut pas résister à la poussée de la terre.




Les démarches administratives et choisir les bons professionnels


• Avant la construction :
- il faut se renseigner auprès du service qui concerne la construction à la mairie de la commune où se situe le chantier. Le service vérifie la possibilité réglementaire de pouvoir construire cet ouvrage ; code de l'urbanisme (articles R421-2 et R421-3, constructibilité du terrain, restrictions spécifiques prévues par un plan de prévention des risques (retrait gonflement des argiles, inondation,...).

Si un mur est construit sans autorisation et est contrôlé par les services de l'Etat, un juge peut ordonner sa destruction. En outre, celui-ci ne peut pas être assuré.

- comme cela a été mentionné, la loi oblige à souscrire une assurance Dommages-Ouvrage pour la réalisation d'un mur de soutènement.


• Faire appel aux bons professionnels

Comme cela a été dit, un mur de soutènement ne se réalise pas à la légère et est une affaire de professionnels spécialisés.

- Le géotechnicien est un ingénieur dont l'expertise porte sur l'adaptation des ouvrages aux sols et roches qui forment le terrain naturel (c'est à dire avant une intervention humaine). Son intervention consiste à sonder l'emplacement des fondations à venir. Le résultat de son étude est demandée dans le contrat d'assurance Dommages-Ouvrage et est une condition de garantie en cas de sinistre.

- Le bureau d'études techniques qui intervient ensuite recueille lui aussi les résultats de l'étude menée par le géotechnicien. En fonction des données de l'étude de sol et de l'analyse des risques (séisme, inondation, tempête,...), il dimensionne les différentes parties du mur de soutènement : largeur et épaisseur des fondations et du mur, nombre, diamètre, longueurs, positionnement des armatures d'acier, qualité du béton, schéma du système d'évacuation des eaux, suivi de chantier et réception des travaux.

- Il faut ensuite chercher une entreprise qui a les compétences pour réaliser un mur de soutènement. Pour s'assurer de capacité à mener à bien un tel ouvrage, on peut lui demander à voir des réalisations du même type. On peut vérifier son attestation d'assurance RCD, c'est à dire Responsabilité civile décennale. Par ailleurs, on peut consulter sur le site www.qualiteconstruction.com la liste des signes de qualité d'une entreprise. On peut encore choisir une entreprise de travaux qui a en interne un bureau d'études techniques.




Précautions post-travaux

Lorsque les travaux sont achevés, on établit un procès-verbal de réception des travaux avec l'entreprise qui les a réalisés. C'est le moment d'exprimer les éventuelles réserves que l'on peut avoir mais il vaut mieux se mettre d'accord rapidement car les garanties d'assurance sont effectives à partir de la réception sans réserve.

Régulièrement, après de fortes pluies, il faut veiller à vider les tuyaux d'évacuation de ce qui pourraient les boucher. Il est préférable de ne pas planter d'arbres à grosses racines près du mur et de ses fondations. Il est également conseillé de ne pas réaliser de travaux (qui nécessitent des tranchées) à proximité des fondations, ni de rehausser le mur.



Marie-Caroline Loriquet, 21/10/11
Enregistrer un commentaire