Le politique de l'habita en Algérie: Les Zones d'Habitat Urbain Nouvelle - Archiguelma

Hot

samedi 30 janvier 2016

Le politique de l'habita en Algérie: Les Zones d'Habitat Urbain Nouvelle


Le politique de l'habita en Algérie
Les Zones d'Habitat Urbain Nouvelle

 Le politique de l'habita en Algérie Les Zones d'Habitat Urbain Nouvelle

I) Introduction :

Pour mieux saisir la crise du logement en Algérie, il serait nécessaire de revenir en arrière et de comprendre d’abord les conditions politiques, sociales et économiques dans lesquelles elles ont évolué, principalement au cours de la période
Bien qu’il soit difficile de découper en tranches des phénomènes et des situations qui durent dans le temps il est permis de considérer que la situation de l’habitat et de la construction depuis l’indépendance à nos jours s’est articulé autour de 4 périodes :
-La période de 1962à 1969 recouvrant le pré-plan ou plan triennal, cette période est marquée par: l’exode rural, promotion du secteur de l’industrie, bidonvilles et habitat illégal.
-La période de 1970 à 1973 recouvrant le premier plan quadriennal.
- La période de 1974 à 1977 recouvrant le 2ème  plan quadriennal.

Les facteurs ayant engendré la crise de logement :
-L’accroissement démographique
-L’industrialisation
-L’investissement vers les autres secteurs au détriment du secteur de l’habitat
-L’exode rural « émigration massive des ménages ruraux vers la ville
-Le déséquilibre entre l’offre et la demande

Les conséquences de ta crise de logement :
-La dégradation des espaces urbains et de la qualité du cadre bâti dans lequel vit le citoyen.
-L’absence d’espace de vie (emploi, prestation de services publics, convivialité sociale, c’est le cadre d’insertion et d’ancrage physique, économique et social des villes.
-L’apparition des bidonvilles.
-Une mauvaise répartition de la population entre la ville et l’accompagne.
-Création des ZHUN.


II) Naissance et création des Z.H.U.N :

Comme son nom l’indique, la ZHUN est la partie de la ville que l’on réserve à la fonction « habiter » sous-entendant qu’il existe d’autres zones dans la ville dont les fonctions respectives sont de répondre aux différents autres besoins des hommes et des institutions.
C’est le plan de Constantine qui avait introduit les grands ensembles, à la fin des années cinquante. A l’indépendance le principe en fut reconduit dans une version très diluée qu’on appelle ZHUN (zone d’habitat urbaine nouvelle).
Face à la crise aigüe du logement, l’Algérie a opté pour la réalisation des grands ensembles appelés ZHUN dès 1975. Ces zones d’habitat urbaines nouvelles sont de ce fait l’outil d’urbanisation le plus répandu en Algérie.
Le résultat fût qu’en fin de parcours, de nombreuses cités furent réalisées, selon des schémas étrangers à la culture de la société et du pays, valables pour les villes européennes, mais totalement inadéquats en Algérie.
Les Z-H-U-N sont pratiquement en situation de dépendance par rapport au centre-ville ; la population est obligée de s’y déplacer aussi bien pour les achats.
Les soins médicaux, que pour la détente et le loisir. Les espaces de jeux prévus sur place, sont dans la plupart des cas désertes, vu leur dégradation.



III) La stratégie appliquée dans (les ZHUN) :

On conçoit une cellule de logement type, on ta généralise sur le site pour la reprendre sur d’autres sites. Il s’agit d’un modèle reproductible à souhait. Cela s’apparente à une standardisation des études.
Construits rapidement et à bas prix, les grands ensembles d'habitat collectif dénommés Zones d’Habitat Urbain Nouvelles (ZHUN) dans la terminologie administrative traduisent une vision réductrice des pouvoirs publics sur les questions d'urbanisme. Il s'agit de loger des populations de manière standard, sans fournir un cadre de vie de qualité.
Il s’agit essentiellement de :
-Modernisé la société algérienne
-Développer la capacité d’accueil des villes
-Coordonner la planification des investissements, notamment ceux inscrits dans le plan de modernisation urbaine concernant:
        - les infrastructures VRD voirie et réseaux divers
        - les superstructures équipements de niveau


IV) Objectifs des ZHUN :

- Développer les capacités d’accueil des villes au moyen :
* de la réalisation des travaux d’infrastructure,
*du repérage des terrains aptes à l’urbanisation à l’intérieur du périmètre
urbain ou dans les zones d’extension prévues par le dispositif d’exécution
du P.U.D à court/moyen terme ;
* du déblocage des opérations foncières.
- Coordonner la planification des investissements, notamment ceux inscrits
dans
le P.M.U. (Plan de Modernisation Urbain), concernant :
- les infrastructures (V.R.D) ;
- les superstructures et équipements de niveau urbain accompagnant
l’habitat.
Intégrer les opérations d’habitat à l’environnement urbain existant :
* Par une judicieuse utilisation des équipements projetés, dont la localisation
peu
*Constituer un facteur important de rééquilibre et d’intégration de l’espace socio
physique projeté et existant ;
- Par la recherche de solutions qui puissent optimiser les relations
fonctionnelles :
* accès aux lieux de travail, de loisirs, etc. (circulations, transports).
ØQualifier les actions de production de l’espace.
Au plan de la conception urbanistique et architecturale, rechercher les
solutions qui puissent témoigner d’un mûrissement progressif des réponses
possibles aux problèmes du nouvel espace socio physique Algérien. Pour
pouvoir réaliser ces objectifs, certains préalables doivent être assurés, à savoir :
*La mise en place d’un processus administratif de participation et de
décision des collectivités locales intéressées, des services gestionnaires,
des autorités politiques ;
*La définition et la mise en place d’une approche méthodologique des
études et de leur suivi.


V) Etude et élaboration d’une ZHUN :
 
 L’étude et l’élaboration d’une ZHUN passe obligatoirement par trois phases qui
se suivent :

La phase analyse :
- Analyse des relations de la ZHUN avec le contexte urbain existant et avec
le dispositif du Plan d’Urbanisme Directeur (P.U.D).
- Analyse des relations de la ZHUN avec son environnement immédiat.
-
Formulation d’idées et d’options pour l’organisation et la structuration
spatiale de l’aire délimitées par le périmètre d’intervention.
- Détermination de la surface utile, ou surface à urbaniser, à l’intérieur de
l’aire délimitée par le périmètre d’intervention.
- Détermination du programme de construction, à savoir :
L’habitat : nombre de logements, typologie, consommation du sol ; etc. ;
les équipements : nature et nombre, consommation du sol, selon la
normative en vigueur
Les V.R.D : tracés, dimensions, installations, annexes ;
Les activités intégrées exprimées en nombre d’emplois, consommation
du sol pour les activités compatibles (non nuisibles) avec la fonction
résidentielle.
La phase de synthèse :
Proposition du « schéma d’aménagement » :
d'organisation, structure de l’espace urbanisé et dispositions normatives.
Elaboration d’exécution :
Projets de détail de l’habitat (plans, masse) et des infrastructures.







VI) Les problèmes :

Le système de ZHUN : une machine difficile à arête
Les problèmes engendrés par l’application de la politique des ZHUN sont autant le fait de carences spécifiques aux instruments que de pratiques politiques inadaptées (une gestion administrée et centralisée). Au moment même où les grands ensembles font l’objet de sévères remises en causes dans le monde, les pouvoirs publics enchainent les réalisations de ce type, ne voyant que les avantages d’une mise en œuvre rapide et économique et surtout la création d’un cadre de vie homogène et égalitaire pour tous en adéquation avec la ligne politique socialiste qui avait été tracée.

Il y a une dynamique aux niveaux du cadre bâti qui renseigne sur les  besoins et les désirs exprimé par les habitants.
Il y a des rajouts divers, du micro rénovation par exemple et surtout au niveau du RDC




Il s'agit de loger des populations de manière standard, sans fournir un cadre de vie de qualité; Les plans- masse ne tenant pas compte des réalités, un grand ensemble algérien se présente comme un regroupement de blocs d'habitations entre lesquelles s'étendent de grands terrains vagues.
Le manque de fondement de vie urbaine au sein de ces cités est également lié à l’absence de composition urbaine, et la pauvreté de la typologie du bâti (monotone).
Le principal obstacle à surmonter est celui de l’éloignement par rapport au centre urbain, face à une animation urbaine de l’ensemble, Il est nécessaire de relier une zone d’habitat à son environnement (par des routes de liaison de transport ou par des masses bâties, sorte de zone de transition entre le noyau existant et l’habitat futur ٠
L’une des conséquences de cet éloignement est la nécessité d’équipements d’accompagnement pour ces cités ٠
Résoudre la crise du logement en modernisant la société en apportant un mode de vie à une population rurale qui a un comportement culturel différent.
-Elle exerce des pratiques à caractère rural dans un espace urbain quel transforme souvent, et trouve mal à habiter et utiliser le logement (obstruction des loggias)


VII) Solutions :

Le problème de l’habitat ne cessait de s'amplifier et la faille entre l'offre et la demande des citoyens s'agrandit toujours malgré tout ce qui a été dépensé en énergie, en matériaux et en argents pour limiter radicalement cette crise .pour amortir le décalage entre l'offre et la demande ; l'état a entrepris des mesures concernant la libéralisation de ce secteur. Elle a donné l'importance à différents modes de construction afin de combler le déficit:
-La promotion foncière
-L'auto-construction
-La promotion immobilière

Durant cette période, qui se poursuit de nos jours, une nouvelle politique à caractère libérale apparaît, qui veut promouvoir le logement individuel, type villa, de larges secteurs de la ZHUN étudiée dans la décennie 70, ont été convertis (transformés) en lotissements au profit des classes socioprofessionnelles solvables de manière à intéresser le citoyen à la réalisation de son logement de même que la mise en place des coopératives immobilières.


Enregistrer un commentaire