Installation de chantier - ArchiGuelma

Hot

vendredi 25 mars 2016

Installation de chantier


Installation de chantier 



1. Introduction:

Un plan d’installation de chantier définit les matériels nécessaires à la réalisation des ouvrages et les cantonnements pour accueillir le personnel du chantier. Il sert à obtenir:
• Les autorisations: d’installation de grues, de survol des grues sur les terrains ou les bâtiments voisins, de travaux sur la voie publique, de déviation de vois, etc., des services techniques de la commune ou de la wilaya.
• Les autorisations d’installer le chantier suivant les règles d’hygiène et de sécurité des services de l’inspection du travail.


A partir du plan de masse, il décrit de la façon la plus précise possible toutes les dispositions retenues pour le bon fonctionnement du chantier (échelle minimale 1/200e) Doivent y figurer:

• L’ouvrage à construire et son environnement
         - L’emprise du terrain
         - Les différentes phases de terrassement
         - Les accès et les routes existantes
         - Les ouvrages voisins
• Les installations et les matériels liés à l’ouvrage
• Les installations liées à la présence du personnel
• Les installations réalisant l’interface avec l’extérieur (panneau de chantier, clôture, réseaux, etc.)

Pour un ouvrage donné, les choix constructifs vont être différents selon:
• Les dimensions du terrain disponible permettant ou non:
        - La mise en place d’une centrale à béton, d’un engin de levage dans ou hors emprise
        - Le stockage des différents éléments, etc.,
        - La préfabrication d’éléments sur place.
• La proximité ou non d’une usine de préfabrication, d’une centrale de BPE, etc.
• Les accès et les possibilités de déchargement des camions…

Si l’ouvrage est réalisé en phases successives, plusieurs plans d’installation de chantier sont nécessaires.


2. Installation et matériels lié à la réalisation 

On distingue quatre principaux postes: le stockage des matériaux et du matériel, les gros matériels, les aires de travail au sol et les circulations du matériel.

     2.1. Stockage des matériaux 


On prévoit des zones de stockage pour :
- Les terres réutilisées pour les remblais,
- Les matériaux constitutifs du béton dans le cas d’une centrale sur le chantier : parc à granulats (graviers et sable) et silos à ciment.
- Les aciers : éléments façonnés ou assemblés (cages d’armatures et treillis soudés)
- Les éléments préfabriqués ou semis-préfabriqués (prédelles, poutres, escalier, etc.). Ces deux dernières surfaces doivent êtres accessibles à la grue

     2.2. Gros matériel

On représente la grue sur le PIC avec ses caractéristiques : position, longueur de la flèche, hauteur sous crochet et caractéristiques de levage ainsi que les zones de survol interdites. Les deux vues, en plan et en élévation, permettent d’indiquer les niveaux suivant :
- points hauts des bâtiments (existants et à construire)
- dessous du crochet de la grue
- point haut de la grue 
  

Et si nécessaire la position de la centrale à béton (en indiquant sa capacité) qui conditionne les voies de circulation des camions pour l’approvisionnement des granulats et du ciment. On précise l’emplacement des trémies de stockage du béton prêt à l’emploi ainsi que la position de la pompe (en cas d’utilisation de béton pompé). On pensera à prévoir les branchements (électricité, eau, etc.) 

     2.3. Aires de travail, autres stockages 

Selon le type du chantier et sa taille, on peut disposer :
- d’un atelier de menuiserie, avec stockage du bois
- d’un poste de ferraillage :
     - à partir des barres droites, on réalise les cages d’armatures des éléments à bétonner (stockage des barres droites de longueur commerciale de 12m, façonnage et assemblage des aciers et stockage des cages d’armatures)
     - stockage des panneaux de treillis soudés en évitant de superposer les différents types

     2.4. Circulation sur l’emprise du chantier

Il est souvent judicieux de placer une signalisation spécifique au chantier concernant la circulation des véhicules et des piétons.

                 2.4.1. Engins et camions



On réalise une voie provisoire nécessitant un décapage de la terre végétale, la mise en place d’une forme drainante et d’une couche de forme. La largeur pour une voie de circulation est de 3 à 4 met de 6m pour deux voies. Dans la mesure du possible, il est souhaitable de prévoir une entrée et une sortie distinctes et d’imposer un sens de circulation sur le chantier. Les points de déchargement des camions et une aire de stationnement pour les camions toupies (si on utilise du béton prêt à l’emploi) sont prévus pour êtres facilement accessibles à la grue.

                  2.4.2. Piétons

Une voie piétonnière, en dur, doit être prévue entre l’extérieur et les cantonnements, afin de permettre un accès aux personnels. On prévoit, si possible, deux accès distincts : un pour les véhicules et l’autre pour les piétons.



3. Autorisations 



Dès qu’une partie de l’installation du chantier déborde sur la voie publique, les demandes d’autorisations sont à adresser aux services techniques de la commune (mairie). Elles

concernent notamment la clôture, les dépôts de graviers et autres matériaux, l’installation d’engins de levage, la mise en place d’un échafaudage sur le trottoir, mais aussi les modifications de la circulation piétonnière ou routière aux abords du chantier : interdiction de stationner, passage piétons provisoire, etc. Une autorisation de survole de la flèche de la grue doit être demandée aux riverains concernés.



4. Clôture 


Pour diverses raisons de sécurité, un chantier doit être entouré d’une clôture, d’une hauteur de 2 à 2,5m. Les portes doivent de préférence s’ouvrir vers l’intérieur du chantier. Un pictogramme doit rappeler l’obligation du port du casque à l’intérieur du chantier.



5. Signalisations et aménagement de la voie publique 


Un panneau obligatoire, lisible de la voie publique, détaille les informations du permis de construire (objet du projet, maître de l’ouvrage, maître d’œuvre, date du permis, durée du projet, superficie du terrain…) ainsi que les noms des différents intervenants travaillants sur le chantier (dénomination sociale et adresse). Des panneaux de signalisation doivent être installés aux abords du chantier pour avertir les piétons et automobilistes des dangers éventuels (sorties d’engins, rétrécissement de chaussée, hauteur limitée…). 



6. Réseaux 

L’ouvrage à réaliser peut être situé sur d’éventuels réseaux enterrés. Il faut donc après avoir fait une déclaration d’ouverture du chantier adresser une déclaration d’intention de

commencement des travaux aux services suivants : Sonelgaz (distributeur et transporteur de gaz et d’électricité), DTP et communes (services de voirie), ADE (services de distribution d’eau), Algérie télécom (téléphonie), SNTF, ou autres réseaux divers…

Ces premières démarches effectuées, le raccordement du chantier aux réseaux utiles doit être demandés : électricité (puissance à installer, tensions), téléphone (une ou deux lignes provisoires), eau potable (un compteur à l’entrée), évacuation des eaux usées, le concessionnaire du réseau indique alors l’emplacement possible de ce raccordement qui devra figurer sur le plan d’installation.

Aucun commentaire: