Cours n°1: style baroque ( 3émé année L.M.D ) - Archiguelma

Hot

vendredi 6 janvier 2017

Cours n°1: style baroque ( 3émé année L.M.D )

Université MOHAMED KHIDER /BISKRA  Faculté des sciences et de la technologie  Département d’architecture  3émé année L.M.D  Module : Histoire de l’architecture  Année : 2015/2016    Cours n°1 : style baroque


Université MOHAMED KHIDER /BISKRA 
Faculté des sciences et de la technologie 
Département d’architecture 
3émé année L.M.D 
Module : Histoire de l’architecture 
Année : 2015/2016 

 Cours n°1 : style baroque 


A - Définition :

Le baroque est un mouvement artistique qui trouve son origine en Italie dans des villes telles que Rome, Mantoue, Venise et Florence dès le milieu du XVIe siècle et qui se termine au milieu du XVIIIe siècle ;qui touche tous les domaines artistiques, sculpture, peinture, littérature, architecture, théâtre et musique et se répand rapidement dans la plupart des pays d’Europe et se caractérise par :
  • L’exagération du mouvement 
  • La surcharge décorative 
  • Les effets dramatiques Façade de l'église du Gesù à Rome, considérée 
  • La tension comme la première église de style baroque 
  • L’exubérance église de style baroque (1580, Giacomo della Porta) 
  • La grandeur parfois pompeuse 
  • Le contraste
Façade-de-l'église-du-Gesù_à_Rome_considérée.JPEG
Façade de l'église du Gesù à  Rome, considérée
Le terme « baroque » vient du portugais « barroco » qui signifie « perle irrégulière ». Les idées germinales du baroque se retrouvent dans le travail de Michel-Ange. Le style baroque débute aux alentours de 1580.

Les historiens de l’art, souvent protestants, ont traditionnellement accentué le fait que le style baroque évoluait à une époque où l’Église catholique romaine réagissait face à plusieurs mouvements culturels produisant une nouvelle science et de nouvelles formes de religions où l’architecture baroque renouvela largement le centre-ville ; peut-être la plus importante rénovation urbanistique.

Le terme « baroque » dans son sens actuel, comme la plupart des périodes ou désignations stylistiques, a été inventé postérieurement par la critique d'art et non par les artistes des XVIe et XVIIe siècles. Ceux-ci ne se pensaient pas baroques, mais classiques. Ils utilisent les formes du Moyen Âge, les ordres classiques, les frontons, toute une modénature classique issue des modèles gréco-romains. Le baroque est né à Rome à la fin du XVIe siècle. En français, le terme est attesté dès 1531 à propos d'une perle.

Il faut attendre une génération et 1878 pour que le « style baroque » fasse son entrée dans le Dictionnaire de l’Académie française.

Prométhée-de-Nicolas-Sébastien-Adam-1737.JPEG
Prométhée,de Nicolas-Sébastien Adam, 1737 (Musée du Louvre): un fiévreux 
tour de force rempli de tensions contrastées, de multiples angles et points de. 
vue, et d’intense émotion 

a - La diffusion en Europe :

C’est grâce à l’implantation de l’Église catholique que l’art baroque se propage en Europe. Il se diffuse au XVIIe siècle dans toute l’Europe, et plus particulièrement en Espagne, Europe centrale et Pays-Bas.

L’aristocratie laïque considérait également l’effet spectaculaire des arts et de l’architecture baroque comme une façon d’impressionner leurs visiteurs et leurs éventuels rivaux.
Les palais baroques sont constitués : 
  • Une succession de cours à l’entrée 
  • Antichambres 
  • Grands escaliers et de salles de réception 
  • Un ordre de splendeur croissante 

b - Le Baroque Tardif:

Le baroque tardif ou rococo succède au baroque classique, au XVIIIe siècle. Il apparaît dès la fin du XVIIe en Allemagne, en Autriche et en Bohême et qui se manifeste par : 
  • Le goût de la beauté sensuelle apporte une composition plus libre au caractère systématique du baroque du XVIIe siècle. 
  • L'ornementation se multiplie, devient riche et fantaisiste. 
  • Les fresques en trompe-l'œil.
  • Les escaliers, les nymphées et les sculptures allégoriques vont jusqu'à la surcharge des églises, 
  • Des châteaux et des fontaines (Vienne, Londres, Dresde, Turin, l'Allemagne du Sud et la Bohême) 
  • Les espaces architecturaux s'ouvrent à Paris (place de la Concorde), à Bordeaux (place de la Bourse), à Nancy (place Stanislas)

c - La peinture baroque:

1- Origine :

La peinture baroque est née au XVIe siècle en Italie. On peut y voir que les corps des personnages sont très détaillés La perspective joue un rôle important, il y a un grand nombre d’effets de lumières (clair-obscur) et de jeux d’ombre.

Les tableaux sont formés de courbes

2- Caractéristiques:

Les principales caractéristiques de cette peinture sont :
L’utilisation de couleurs chaudes.
Les contrastes de lumière
L’impression de mouvement donnée par les gestes des personnages et les drapés
Lignes de force en diagonale
Personnages communiquant par le regard
Personage trés éxpressif.

B – Architecture :

a - apparition :

Le développement du style baroque est généralement défini comme consubstantiel de la Contre-réforme. Il a néanmoins été adopté par les élites des pays protestants du nord de l’Europe et par celles du monde orthodoxe slave. Sa naissance à Rome est concomitante avec celle de la compagnie de Jésus, fondée en 1537 pour renforcer l’influence catholique perdue et évangéliser le Nouveau Monde ; et avec celle du concile de Trente (1545-1563) qui réforme les excès les plus patents de l'Église catholique romaine dont la réputation était entachée par le népotisme systématique et le scandale des indulgences. Il a ainsi essaimé dans l’Europe entière et le Nouveau-Monde.

Le dernier édifice de Michel-Ange, la basilique Saint-Pierre, peut être considéré comme le précurseur de l’expression baroque en architecture, de par ses dimensions colossales inédites. Son élève, Giacomo della Porta en développe le langage, en particulier à travers l’élévation de la façade l’église du Gesù (1584), église-mère de la compagnie de Jésus alors en pleine expansion. Cet édifice est souvent considéré comme le premier exemple d’architecture baroque lequel influencera l’architecture religieuse pour le siècle à venir.

La-Basilique-Saint-Pierre-de-Rome.JPEG
La Basilique Saint Pierre de Rome
La-coupole-de-la-basilique-Saint Pierre.JPEG
La coupole de la basilique Saint Pierre
la-nef-de-la-basilique-saint-pierre.JPEG
La nef de la basilique Saint Pierre
Place-de-Saint-Pierre-vue du-dôme.JPEG
Place de Saint Pierre vue du dôme

b - caractéristiques :

Dans l’architecture baroque, l’accent est mis à la fois sur:
  • L’aspect massif et chargé 
  • Colonnades 
  • Dômes 
  • Clair-obscur 
  • Effets colorés de peinture 
  • Le jeu chargé des volumes opposés au vide 
  • Liberté des formes et profusion des ornements 
  • Dans les intérieurs, le mouvement baroque se manifeste autour et à travers un savant escalier monumental sans précédent en architecture (escalier monumental dans le palais Zwinger à Dresde) 

c - d’autres aspects :

L’architecture baroque fut reprise avec enthousiasme dans la partie centrale de l’Allemagne (le Château de Ludwigsbourg et le Palais Zwinger à Dresde), en Autriche et en Pologne (Wilanów et le palais de Bialystok).
Château-de-Ludwigsbourg-près-de-Stuttgart-en-Allemagne.JPEG
Château de Ludwigsbourg près de Stuttgart en Allemagne

Le-palais-de-Wilanów-en-Pologne.JPEG
Le palais de Wilanów en Pologne.
On retrouve de nombreux exemples d’architecture baroque et de plan de ville dans les autres villes d’Europe, ainsi qu’en Amérique hispanique. Les plans de ville de cette époque comprennent des avenues rayonnantes, avec des squares à leurs intersections, s’inspirant des plans des jardins baroques.

Panorama-après-la-renovation-2004-2005.JPEG
Panorama après la renovation 2004-2005
On retrouve dans l’appartement public : 
  • Une succession processionnelle d’intérieurs de richesse croissante culminant avec l’emplacement de la chambre à coucher 
  • La salle du trône 
  • Une chambre publique 
  • L’enchaînement de l’escalier monumental suivi de l’appartement public 

c-1-en Italie:

Le style baroque se développe à partir de la deuxième moitié du XVIe siècle, d’abord à Rome, puis dans le reste de l’Italie, on considère que le pionnier de l'architecture baroque religieuse est Carlo Maderno avec son église Santa Susanna alle Terme di Diocleziano, construite entre 1585 et 1603. Le rythme dynamique des colonnes et pilastres, la façade centralisée et complexe, liant rigueur et jeu sur les codes classiques de la Renaissance, les statues placées dans des niches et rappelant furieusement la structure de la scène d'un théâtre romain antique en font l'un des premiers exemples du baroque.
Église-Sant'Ivo-alla-Sapienza-par-Francesco-Borromini.JPEG
Église Sant'Ivo alla Sapienza par Francesco Borromini

c-2-en France :

Les Français appellent « classique » l’architecture du siècle de Louis XIV et de ses successeurs et rejettent l'appellation, péjorative en français, de « baroque ». Cette opposition entre un classicisme « raisonnable » à la française et un baroque « excessif » à l’italienne trouve sa source dans la volonté, affirmée dès le XVIIe siècle, de supplanter Rome et, dans les faits, c’est le moment où Versailles et la cour du Roi-Soleil prennent la place de l’Italie comme foyer de rayonnement culturel.

Cependant, certains historiens de l’art considèrent l’architecture française des règnes de Louis XIV et Louis XV comme baroque : ils estiment que la plupart des constructions « classiques » françaises, qu'elles soient religieuses ou civiles, auraient pu être édifiées ailleurs en Europe et qu'elles comportent tous les éléments baroques : goût pour la magnificence, la perspective, le décor.

De même que l'art de la Renaissance connaît un déclin formel avec le maniérisme, le baroque s'épuise dans un académisme précieux, et qualifié de vain par ses détracteurs, dans le rococo.

L'architecture baroque est consubstantielle à l’absolutisme, sa période rococo se termine avec celle du despotisme éclairé. Et on peut faire l'hypothèse que si le baroque s'épuise, c'est en raison de l'épuisement de la philosophie politique et religieuse qui le sous-tend.

C -apparition du mouvement rococo :

Le Rococo est un mouvement artistique européen du XVIIIe siècle touchant principalement l’architecture, mais également les arts décoratifs, ainsi que la peinture et, dans une moindre mesure, la musique et la littérature. Il se développe de 1730 à 1758, principalement dans le Saint-Empire romain germanique (Allemagne, Autriche, Bohême), en Europe du Sud (Italie, Espagne, Portugal), à la suite du mouvement baroque, pour créer un style d'une grande prodigalité, particulièrement dans les églises et dans les lieux sacrés. Ce style culmine dans l'œuvre de l'architecte et décorateur bavarois d'origine flamande François de Cuvilliés, dont le pavillon d'Amalienburg (1734-1739) à Nymphenburg, près de Munich, demeure un exemple inégalé de parfaite fusion entre architecture et décoration.

Ce mouvement est progressivement remplacé à partir de 1760 par le néo-classicisme qui, tel un mouvement de pendule, est un retour à l’austérité, ou du moins un retour aux canons de l'Antiquité.
Bibliothèque-de-l'abbaye-de-Saint-Gall-(IXe siècle).JPEG
 Bibliothèque de l'abbaye de Saint-Gall (IXe siècle)
Décor-rocaille-du-Palais-Rohan-à-Strasbourg.JPEG
Décor rocaille du Palais Rohan à Strasbourg

a - l’origine du terme rococo :

Selon Delécluze, le terme « rococo » est inventé vers 1797 en dérision par Pierre-Maurice Quays, élève de Jacques-Louis David, maître à penser du mouvement des Barbus et chantre d’un classicisme poussé à l’extrême. Il résulterait d’une association du mot français rocaille, qui désigne une ornementation imitant les rochers et les pierres naturelles et la forme incurvée de certains coquillages et du mot portugais baroco : « baroque ».

b - historique du mouvement rococo :

Ce style se propage en Europe tout au long du XVIIIe siècle.

En France, il apparaît sous la Régence et culmine sous le règne de Louis XV, vers 1745, où il supplante le classicisme, qui a marqué le règne de Louis XIV. En ce qui concerne la France on parle d'ailleurs plus volontiers de style rocaille, qui est une des sources du rococo, mais qui par exception au reste de l'Europe, s'exprime presque exclusivement dans les arts décoratifs au détriment de l'architecture. Il n'y a pas à proprement parler d'architecture rococo en France : si la décoration intérieure fait la part belle au rococo ou "style rocaille", l'enveloppe des bâtiments reste d'essence classique. Le rococo se traduit souvent dans la décoration extérieure des bâtiments grâce au talent des ferronniers, à qui l'on confie parfois de grands ensembles, comme la place Stanislas à Nancy, alors capitale politique du duché de Lorraine. Les grilles en fer forgé de Jean Lamour sont un exemple fameux de l'apogée du style rocaille.
La-place-Stanislas-à-Nancy.JPEG
La place Stanislas à Nancy
Le rococo continue de s’inspirer du baroque par son goût pour les formes et les dessins complexes. Mais il commence à se différencier en intégrant des caractéristiques différentes comme des formes orientales et des compositions asymétriques.

Le style rococo est adopté par les catholiques d’Allemagne, de Hongrie et de Bohême. Il en résulte un mélange avec la tradition baroque allemande : le Rokokozeit (ou Spätbarock, baroque tardif) suit le Barockzeit. Le rococo allemand se manifeste avec enthousiasme dans les églises et les palais.

En Italie, le style des derniers artistes baroques, barocco tels que Borromini et Guarini donnent la tonalité pour le rococo à Turin, Venise, Naples et en Sicile, tandis que les arts en Toscane et à Rome sont plus rattachés au style baroque.

L'Angleterre bien que sensible aux grands courants européens, cultive une certaine indépendance et s'invente, au XVIIIe siècle, des décors qui lui sont propres.

Le commencement de la fin de la période rococo peut être daté à partir du début des années 1760.

Le rococo resta cependant populaire en Allemagne et en Italie jusqu’à la deuxième phase du néoclassicisme : le style empire et l’arrivée du gouvernement napoléonien. Le style rococo connut un regain d’intérêt entre 1820 et 1870.
Côté-nord-du-Palais-de-Catherine-à-Tsarskoïe-Selo.JPEG
Côté nord du Palais de Catherine à Tsarskoïe Selo
Palais-de-Sanssouci-Potsdam.JPEG
Palais de Sanssouci, Potsdam
Le-rococo-anime-la-façade-de-la-cathédrale-de-Cadix.JPEG
Le rococo anime la façade de la cathédrale de Cadix 

c - le style rococo en architecture :

En architecture, le style rococo se reconnaît par : 
  • Ses lignes courbes et l’abondance des décorations (têtes sculptées en façade). 
  • Les habitations de ce style sont munies d’un entresol (comme tous les bâtiments jusqu’au XIXe siècle). 
  • De petits balconnets arrondis en encorbellement. 
  • De garde-corps en fer forgé. 
  • La hauteur décroissante des étages, et le 1er (ou le 2e) étage est un étage noble.
Le rococo (terme dérivé du mot rocaille, tendance décorative française qui repose sur des motifs en plâtre évoquant des coquillages) voit le jour à la cour de Louis XIV. Ce style est essentiellement utilisé pour des décorations intérieures (Hôtel de Soubise, Paris).

Ce style expressif atteint son apogée non pas en France, mais en Bavière (pavillon d’Amalienburg (1734-1739) du château de Nymphenburg, et au XIXe siècle avec le règne de Louis II de Bavière au château de Linderhof).
En Prusse, le « rococo frédéricien » s’incarne de manière éclatante dans le palais de Sanssouci à Potsdam, réalisé pour le compte de Frédéric le Grand.
Tout à fait représentative de l'architecture rococo en France, la Place Stanislas de Nancy, construite de 1751 à 1755 par l'architecte Emmanuel Héré, présente des décors à ornementations rococo sur des immeubles de style classique. Les grilles, balcons et lampadaires ont été réalisés par le ferronnier Jean Lamour et les fontaines par Barthélemy Guibal. Il existe aussi d'autres grilles du style rococo à Nancy : les portes des chapelles dans la cathédrale de Nancy. 

d – exemples d'architecture rococo:

Château-de-Nymphenburg-en-Bavière-(Allemagne).JPEG
Château de Nymphenburg en Bavière (Allemagne)
Hotel-de-Lassay-(Paris).JPEG
Hotel de Lassay (Paris)
Hotel-de-Soubise-(Paris).JPEG
Hotel de Soubise (Paris)
Palais-de-Sanssouci-(Allemagne).JPEG
Palais de Sanssouci (Allemagne)
Enregistrer un commentaire