Cours Théorie de projet S4 2 LMD - ArchiGuelma

Hot

lundi 19 septembre 2016

Cours Théorie de projet S4 2 LMD


Cours Théorie de projet S4 2 LMD

Taille: 1.01 Mb
Format: PDF
Nombre des pages: 10


cours-theorie-de-projet-S4-2-LMD.png







Théorie de projet S4 Etudiant : SAGHIR-Y Théorie de projet S4 Examen S4 – Sept 2014 Année Universitaire : 2013-2014 Théorie de projet S4 Etudiant : SAGHIR-Y Chapitre 1 : L’Habitat Définition (M&C DUPLAY) : l’habitat est l’ensemble porté par le logement, des prolongements extérieurs les équipements et leurs prolongement extérieurs, les lieux de travail secondaires et tertiaires. L’habitat collectif : présente des formes diverses : une barre, une tour, des ensembles de petite taille de plusieurs étages servant des logements à des ménages distinctes L’intérieur du bâtiment divisé en unités d’habitations appelées appartement, cellules, logements…. La tour : compacité du plan, assemblage organisation des logements autour d’un noyau central, desserte verticale (cage d’escalier, ascenseur…) desserte horizontale ; réduite au maximum grâce à la disposition concentrique du plan (l’espace de circulation est central). La barre : forme longue parfois étroite ou bien droite Ex : immeuble à coursive qui permet de distribuer les espaces d’habitation « coursive distribue les différentes cellules d’habitation » - Assemblage de bâtiments identiques - Espaces de circulation verticale permet d’amener à la coursive - Il y’a une certaine standardisation dans le logement (Répétition) Coursive L’ilot : Pas d’ilot Ilot fermé Ilot ouvert Rue intérieur Des grands ensembles, les immeubles ne s’orient plus par rapport aux axes de rues cas des tours et des barres Il offre une façade continue sur la rue et à l’intérieur se forme une cours intérieur Sa forme permet de traverser, il se caractérise par un coté plein et un coté vide et une hiérarchisation Un ilot urbain, est un ensemble de bâtiment constituant une unité homogène (un ensemble) dans une ville évoquant un ilot, une ile délimité par des voiries. Ilot fermé dans lequel les façades des bâtiments sont disposées en continuité mais dont les profondeurs du bâtiment sont diverses. Haussmann : Architecte français L’ilot Haussmannien : est un ilot fermé dont les façades du bâtiment sont disposées en continuité mais dont les profondeurs du bâtiment sont diverses. Coursive Log Log Log Log Théorie de projet S4 Etudiant : SAGHIR-Y Placette Rues Echappées visuelles Bâtiment Bâtiment de formes variées, placées en quinconce dans une trame urbaine traditionnelle Hiérarchisation entre espaces publics, semi-publics, privé L’ilot ouvert : différencie de l’ilot commun par sa forme qui permet sa traversée L’ilot ouvert se définit par un coté « plein » autonome varié, et un côté « vide », ouvert et lumineux. Typologie et façades variées, une hiérarchisation entre espace publics, semi-publics et privés. Concept de l’ilot ouvert : - L’objectif c’est de casser l’ilot fermé - Passerelle qui relie les cellules d’habitation - L’alternance et pas répétition - Poutrelle qui relie les bâtiments, la poutrelle sur une arcade, et qui marque le seuil - L’échappée visuelle (percées visuelles) - Relation visuelle intérieur-extérieur Théorie de projet S4 Etudiant : SAGHIR-Y Chapitre2 : L’Habitat intermédiaire La métaphore La géométrie Référence à la coque d’un bateau Ex : - référence et symbolisme à la soucoupe volante (Musée de Niteroi –Brésil) : architecte NIEMEYER 1996 - L’opéra de SYDNEY 1973 son architecture originale est voilier pour certains et coquillage pour autres Trames, figures, géométries, symétrie…..etc. I- La métaphore : · Outil de conception et source de la créativité. · Source de création contribuant à l’enrichissement du projet architectural…… référence renvoyant à une image, une représentation source, figure simplifiée. · Peut être employée à différents stades du processus de la conception architecturale. · En plan ou en volume, la métaphore peut conduire à des concepts originaux. · La métaphore gagne une valeur esthétique et artistique. Outil (1) : Abstraction géométrique : Groupement d’appartements-métaphore de la fleure Deux possibilités : 1. Travailler géométriquement les contours 2. Rechercher la structure sous-jacente en la transformant géométriquement pour arriver à des configurations (différentes) intéressantes. - Une métaphore tangible à l’exemple d’un élément de la nature fleur - Dérivation de la structure sous-jacente, la trame radiale. - Définition de la structure prédominante. - L’introduction suivant la nécessité du projet choix personnel d’autres trames, qui peuvent être concentriques ou orthogonales (à superposer à la 1ère). - Superposition, juxtaposition, et rotation des différentes trames jusqu’à aboutir à un canevas de composition satisfaisant - Dérivation de la forme finale (déduction) Outil (2) : Inventaire et recomposition : Faire l’inventaire consiste à inventorier les formes de bases constituant le dessin ensuite à les recomposer d’une manière différente. Cette procédure permet d’arriver à des hauts degrés d’abstraction. Ex : immeuble d’appartement (Alvar Alto) dérivée de métaphore de la fleur, dont les pétales s’ouvrent vers le soleil du sud. Le résultat final est une grande richesse et permet une multitude d’interprétation. Différentes étapes d’inventaire et de recomposition : 1- Point de départ ex : métaphore tangible : la fleur 2- Dérivation des formes de base de fleur : le cercle, les formes elliptiques des pédales = opération inventaire 3- Réinterprétation géométriques et recomposition des formes par une série d’opération géométriques de bases. 4- Adaptation des formes à l’exigence fonctionnelle et environnementale. Théorie de projet S4 Etudiant : SAGHIR-Y II- La géométrie : support de la conception La géométrie outil favorable dans la structure (La trame, ou la grille, l’axe de composition…..) Ex : la trame comme support de la conception : Les indices de la présence de la trame : - Le module qui se traduit par un cube dans le volume est un carré dans le plan ; un outil de la conception. - Elle structure la composition et facilite la projection ainsi que sa lecture - Unité et cohésion - Richesse et composition volumétrique= somme de plusieurs cubes qui juxtaposent. La géométrie outil de composition Objectifs : parler de composition sans référence à la géométrie peut s’avérer à une géométrie hasardeuse et aléatoire, la composition quelle que soit sa nature (organique ou autre) obéit à une géométrie qui en définit la structure en oriente l’évolution. Outil (1) : l’axe de composition : Pour une composition basée sur une analogie avec un élément organique (une colonne vertébrale, articulation vertébrée….) la géométrie permet de garder la maitrise de la composition à travers l’axe de composition ainsi défini - Dans une composition l’équilibre est le plus souvent évoqué (l’équilibre des volumes et des masses) Ex : - axe de composition : projet hôtel flottant (Inde) colonne vertébrale du projet - axe de symétrie : siège du rassemblement national à Bangladesh // siège du parlement (Italie) La géométrie outil de Création Outil (2) : la grille Les grilles sont développées à partir de la répétition des géométries de multiplication, la combinaison, la division et la manipulation. Dans l’analyse, on observe des grilles pour la fréquence, la configuration, l’uniformité et la variation. La géométrie peut être utilisée comme outil de mise en œuvre d’un programme par le dimensionnement des unités programmatiques, leurs juxtaposition et leurs superpositions (ex : superposer un programme de logements sur un programme de parking de centre commercial) seule une grille appropriée dont les unités de base peut être constituées de composants de bases communes aussi trois programmes peuvent être utilisés : - Si le site dicte une configuration particulière (ex : le triangle), une grille triangulaire est l’outil idéal pour réaliser deux objectifs · La traduction des unités programmatiques en concepts préliminaires de forme · la conformité de ces concepts avec le parti architectural global Théorie de projet S4 Etudiant : SAGHIR-Y III- la façade : La façade est une figure géométrique aux limites précises/imprécises. Effet de masse : repère avec l’environnement bâti d’immeuble se désolidarise du reste des constructions. Présence des limites entre les figures (juxtaposition) Plan Haussmannien : Ilot fermé Bloc Ouvert : Articulation Bloc plan libre (pas d’ilot) : Autonomie Eléments de conception, caractéristiques, matérialité Composants de façades et leurs relation : Couronnement : Terrasse Tronc : composants essentiels ou corps de façade, balcon, fenêtres verticalité assurée par le rythme de baies plus hautes que large, l’horizontalité soulignée par les baies large et les garde-corps Soubassement : (socle, support…) pilotis souligné par l’horizontalité de l’allège en maçonnerie Façade Enveloppe (élévation) Limite (privé, public….) Système d’expression de l’architecte Mode de pensée (culturel, social, local….) Reflète une situation géographique Echange entre intérieur et extérieur (lumière, accès, air, vues….) Lecture typologique (façade sur cour, rue, vis-à-vis….) Physique (structure, matériaux, forme) Reflète l’image d’un thème lié à un programme Protection (froid, chaleur) Système d’expression (façade nord, sud,….) Définition façade Elément Epaisseur / Dimension Limites Paroi Séparation Légèreté Autonomie Articulation Théorie de projet S4 Etudiant : SAGHIR-Y Les jeux de balcon, terrasse, colonnes animent et rythment la façade (projet d’habitation collective avec galerie commercial) Symétrie : (Fondement de l’architecture classique) - Concept de l’ordre - Assure à l’œil une satisfaction d’équilibre total - Equilibre entre les parties qui forment un tout cohérant - Equilibre provenant d’une disposition « réfléchie »de paires d’éléments de part et d’autres d’un axe, comme dans un miroir Symétrie axiale : Façade volumétrique : Asymétrie : Inspirer des autres arts tels que la peinture et la sculpture, l’asymétrie fut introduit à l’architecture afin de palier à l’évidence de symétrie comme source de complicité et de richesse. Echelle : L’échelle humaine peut être considérée comme fonction de l’appréhension confortable d’un corps dans un espace, qui ne subit aucune rupture de de perception qualifiable de mise en situation d’infériorité, ou de supériorité de l’édifice par rapport à l’individu. Proportion : Rapport de convenance des parties entre elles et avec leur tout Ex : les proportions du corps humain Les proportions du soubassement ou du piédestal et sa colonne Monumentalité : Caractère puissant qui a des proportions imposantes majestueuses ou grandioses d’une œuvre d’art qui peut résulter de ses dimensions mais aussi bien des proportions et de son style. Ex : musée de Niterói ‘Brésil) : O-Niemeyer Contraste : Le contraste est une source de tension qui régit les différentes parties de l’objet architectural grâce à son pouvoir d’opposer deux éléments de nature différente (contraire) ex : claire et sombre ou grand et petit, une façon très sure pour y’pour venir est que l’élément en contraste domine les autres éléments par sa masse, sa taille, sa couleur …… Complexité : Outil utilisé en architecture ex : musée Guggenheim F.L Wright (complicité de forme, volume et façade) Gradation Progression : C’est le rythme et la structure répétitive offre aux éléments et aux intervalles intermédiaires un changement de forme, de nombre d’orientation et de hauteur…. A deux caractéristiques - Une parenté et une différence des éléments sans hiérarchie prononcée - Progression de volume et d’ouverture (nombre et dimensionnement). Rythme et Alternance Rythme et répétition Régularité omniprésente Théorie de projet S4 Etudiant : SAGHIR-Y La forme architecturale : Ensemble de contours d’un volume architectural, résultant de la structure de ses parties qui le rendent identifiable. Son apparence extérieure lui donne son originalité sa spécificité. La forme est délimitée par des lignes et des surfaces se classe surtout par types forme géométrique, organique, linéaire, courbe, compacte, éclatée dynamique, statique, ponctuelle… Pierre Andrée louis classe la forme architecturale en deux principes : le mégaron et le labyrinthe. Notion d’éléments : Forme élémentaire caractéristique classifié schématiquement en 3 catégories qui représente l’équilibre qui caractérise l’élément formel ü Elément linéaire : la matière est réduite à une linéarité ü Elément planaire : matière concentrée dans un plan a 2D ü Elément volumique : matière se développe dans une continuité à 3D Trois types de rapport entre les éléments formels : v Notion de positionnement : de nature typologique Les espaces typologiques, forment le socle ponctuel permettant de définir les notions de limite, de continuité et de voisinage. Proximité ; Accolement ; Inclusion v Notion d’obéissance : rapport de nature géométrique entre les éléments, l’idée d’obéissance et celle de la participation géométrique d’une forme à une autre. Type d’obéissance : · Obéissance · Désobéissance Modalité d’obéissance : - Par centralisation (convergence des axes) - Par parallélisme - Par axialisation - Par tangence - Par perpendicularité v Notion d’intégration : C’est le rapport qui existe entre un élément architectural et la totalité de l’objet architectural dont il fait partie. – Forme un tout cohérent. - Intégration par répétition - Intégration par subordination - Intégration par unification v Notion de modalité de rapport entre éléments : Trois cas peuvent se présenté - L’intégrité : les éléments ne subissent pas de déformation - Déformation : les éléments subissent une certaine transformation. - Articulation : l’élément formel est mis en rapport avec un autre élément par l’intermédiaire d’un troisième élément. Types de déformation : 1- Forme tronquée : forme dont on a coupé pour faire entrer bun volume dans un autre 2- Forme Boursouflée : présente des gonflements, un surplus de l’état naturel. Théorie de projet S4 Etudiant : SAGHIR-Y IV- Condition d’apparition de la contradiction dans la conception de l’objet : - Contradiction entre données du d’un programme (plan de nuisances incompatibilité entre usages) - Contradiction entre une donnée du programme et le contexte (orientation d’une mosquée…..) - Contradiction entre programme et model formel (façade et plan dans l’architecture classique….) - Contradiction entre model formel et le contexte (la parcelle polygonale et le model architectural (cas de l’architecture musulmane et l’architecture classique) - Contradiction entre deux données du contexte (vues et orientation du soleil…..) Deux catégories de contradiction : Celles qui : 1- Sont subies liées au programme et au contexte 2- Sont voulues (volonté formelle stylistiques ou sémiotique vise à déformer partiellement une forme pour la distinguer) Classification des modalités de déformation : Pour les formes architecturales : - Le volume global (décomposable ou non en éléments volumétriques) - L’enveloppe extérieure - Les enveloppes intérieures - Les espaces internes - La position interne (considérer comme une trame) Forme déformation de déformation de déformation de déformation de déformation d’ Volume enveloppe exter la répartition enveloppe inter espace interne - Déformation partielle - Déformation totale : touche l’ensemble du projet enveloppe, position interne, le volume général, elle touche la totalité du volume (espaces primaires et secondaires) Ex : Frank Gehry Musée de Bibao ; une complicité de forme.