Analyse thematique des centres culturels - Archiguelma

Hot

samedi 20 août 2016

Analyse thematique des centres culturels





Analyse thématique des centres culturels 01









Le contenu:

1-Définition du sujet d’analyse :
La culture
Le centre culturel


2- Bute de l’analyse des exemples
Les modèles (livresque et existant) 

3- Choix des exemples :
Les critères du choix sont les suivants :
•La situation.
•Le fonctionnement
•L’intégration au site.
•L’accessibilité.
•La composition du programme.
•La technique de réalisation.
•Les matériaux utilisés.



Exemple N° 1:
Centre d'art et de culture Georges Pompidou

1. Choix de l’exemple :
2. Présentation:
3. Historique:
4. Situation:
5 .Etude architecturale
6 .Le système constructif
7 .Etude des façades:
8 .Etude des espaces intérieurs:
9 .organigramme spatial des niveaux



Exemple N°2:
Maison de la culture le havre

1. Choix de l’exemple:
2. Présentation:
3. Historique:
4. La situation :
5. Etude urbaine:
6. Etude de plan de masse
7. Accessibilité
8. Etude de volume
9. Etude des façades
10. Etude intérieure
11. Synthèse
Exemple 3:
Le palais de culture MOHAMED BOUDIAF


1- Choix de l’exemple
2- Présentation du projet
3- Situation
4- Etude Architecturale
5- Plan de masse
6- Aménagement extérieur
7- Etude de volume




AnnaLysE Des ExempLe Définition du sujet d’analyse :Définition de la culture et du centre culturel - La culture:Le mot « culture » provient du latin « cultura » et apparaît en langue française vers la fin du XIIIème siècle désignant soit une pièce de terre cultivée, soit le culte religieux. Aujourd'hui, le terme « culture » admet une pluralité de sens et de multiples usages.Il s'emploie ainsi dans les domaines les plus variés et permet de désigner des phénomènes très dissemblables1. De nombreuses acceptations de ce terme existent. Ainsi, le pédagogue parle de « culture générale » ; l'agriculteur de « culture intensive » ; le journaliste de « culture de masse » ; le responsable des relations humaines de « culture d'entreprise » ; etc. Le mot culture est également usité dans des expressions telles que « culture physique », « culture scientifique », « culture nationale », « culture populaire », « culture vivrière » ou encore « culture classique ». Vu ces diverses utilisations, réaliser une définition précise et complète de ce terme semble tenir de la gageure. En effet, dans le seul domaine des sciences sociales, la diversité des significations et des usages semble infinie. En 1952, deux chercheurs américains, A.L. Kroeber et C. Kluckhohn, dénombraient déjà plus de 150 définitions différentes, forgées depuis le milieu du XVIIIème siècle par des scientifiques qu'ils soient anthropologues, sociologues ou encore psychologues2. Au fil du temps, la culture a successivement désigné3 : - Un tout complexe qui comprend le savoir, la croyance, l'art, le droit, la morale, la coutume et toutes les autres aptitudes acquises par un homme en tant que membre d'une société, (Tylor, 1871) - Le concept clé de l'anthropologie culturelle. Elle comprend des techniques, des objets fabriqués, des procédés de fabrication, des idées, des mœurs et des valeurs hérités, (Malinowski, 1931) - Elle consiste dans les moyens traditionnels de résoudre les problèmes (…). Elle se compose des réponses qui ont été acceptées parce qu'elles ont obtenu le succès ; en bref, la culture consiste dans les solutions apprises de problèmes, (Forde, 1942) - La culture, c'est la manière de vivre d'un groupe, (Maquet, 1949) - Elle peut-être considérée comme cette part de l'environnement qui est la création de l'homme. (Kluckhohn, 1949) - Le centre culturel:Un Centre culturel est une institution et un lieu qui propose notamment une programmation de spectacles, des expositions, des conférences, mais aussi de l’animation socioculturel à destination de la population localeLes centres culturels diffère d’un a l’autre la différence est situé dans la culture qu’ils représentent par exemple un centre qui représente une culture étrangère pas comme un qui représente notre culture Bute de l’analyse des exemples :L’analyse des exemples est un moyen qui permet une meilleur compréhension du projet dans ses différents aspects (architecturaux, urbanistiques, analytiques ou critiques.) Les modèles (livresque et existant) :Le modèle livresque enrichit notre connaissance en matière d’aspect architectural des espaces ainsi que leurs qualités. D’autre part, cette étude nous permet de suivre l’évolution faite dans le domaineLe modèle existant nous donne une possibilité de visite photographié et faire des interviews se qui nous permet de bien analysé et avoir une idée clair sur les besoin Choix des exemples :Les critères du choix sont les suivants :La situation.Le fonctionnementL’intégration au site.L’accessibilité.La composition du programme.La technique de réalisation.Les matériaux utilisés.Exemple N° 1Centre d'art et de culture Georges Pompidou1. Choix de l’exemple : Le centre d’art et de culture G.Pompidou à été choisie pour les raison suivantes :- Son intégration on plein centre ville de paris.- Son architecture de métal et de verre, fondée sur la flexibilité et sur la transparenceLe Centre Georges Pompidou est l'un des sites de Paris les plus fréquentés (plus de 8 millions de visiteurs annuels).2. Présentation: Georges Pompidou, centre d'art et de culture à structure pluridisciplinaire situé à Paris.Voulu par le président Georges Pompidou dès 1969 et ouvert au public en 1977.Le centre national d’art et de culture est un établissement public national à caractère culturel dote de la personnalité morale et de l’autonomie financière. Il a pour mission de contribuer à l’enrichissement du patrimoine culturel de la nation. De favoriser et diffuser la création artistique, d’informer et de former le publique. Il assure le fonctionnement et l’animation, en liaison avec les organismes publiques et privés qui lui son associes, d’un ensemble culturel consacre à toutes les formes de la création artistique notamment dans le domaine des arts plastiques. De l’esthétique industrielle, de l’architecture, de l’art cinématographique, de la recherche acoustique et musicale, ainsi qu’au secteur publique.3. Historique: Le Centre Pompidou est né, en février 1977, de la volonté de l’ancien Président de la République française, de faire construire à Paris un édifice public, où la création culturelle moderne et contemporaine soit présentée sous toutes ses formes ; sculptures, peintures, livres, cinéma, vidéo, spectacles, musique… Le premier point de départ de cette institution «?hors norme?» fut sans conteste le projet, dans le cadre du réaménagement du quartier des Halles sur le plateau Beaubourg vide depuis 1938, de l'édification d'une grande bibliothèque publique. Un autre programme, le «?musée du XXe siècle?», n'ayant pu aboutir, l'idée de réunir ces deux projets en un centre pluridisciplinaire fut alors avancée et immédiatement approuvée par l'État français. Le Centre national d'art et de culture Georges Pompidou fut placé sous l'autorité d'un président ayant pour mission de coordonner les travaux du comité de direction formé par les directeurs des quatre départements : le musée national d'Art moderne (MNAM), la Bibliothèque publique d'information (BPI), le Centre de création industrielle (CCI) et l'Institut de recherche et de coordination acoustique/musique (IRCAM). Conçu par les architectes RENZO PIANO et RICHARD ROGERS, le Centre national d'art et de culture Georges Pompidou fut inauguré en 1977 4. Situation:Plan de situation :Le centre se situe dans le quartier des halls à paris, le quartier demeure bien placé pour recevoir une animation, il l’a eu souvent au cours de l’histoire. Plus récemment lors de leur évacuation les pavillons de Baltard ont accueilli une animation culturelle spontanée et fort brillante. * L’environnement immédiat: Le centre se situé au cœur même de paris, au point le mieux desservi par l’ensemble des systèmes de transport en commun de la région parisienne, a proximité des nombreuses population de l’est et d’étudiants du quartier latin. Dont les éléments de repère sont : 5 .Etude architecturale :Le centre est situé au plein centre urbain de paris, il est implanté sur le plateau beau bourg (le quartier populaire le plus ancien de paris), de telle sorte que la façade principale est orientée vers la rue Saint-Martin * Surface du terrain : 2 hectares * Surface du Centre : 103 305 m2 * Superstructure : 7 niveaux Hauteur : 42 m (côté rue Beaubourg), 45,5 m (côté façade principale) Longueur : 166 m Largeur : 60 m * Infrastructure : 3 étages Profondeur : 18 m Longueur : 180 m Largeur : 110 m * Façades : Surfaces vitrées : 11 000 m2 Surfaces opaques : 7 000 m2 L’accessibilité : Le centre est desservi à partir de la rue Beaubourg, la rue Saint-Martin, la rue Saint-Merri, la rue Rambuteau, la rue RenardACCES : *Accès principale au Centre Pompidou se fait à partir de la place la piazza Qui longe la rue Saint-Martin.*Accès du personnel situé à l’angle de la rue du Renard et de la rue Saint-Merri. * Accès à la bibliothèque à partir de la rue Beaubourg.Etude de volume: Le bâtiment et un parallélépipède de verre et d’acier, cette conception à pour objectifs de mettre en valeur la technologie du siècle du « High technologie ».Ici la forme est le résultat d’une alliance poussée entre l’architecte et l’ingénieur.- La nouveauté de cette architecture se définit à plusieurs niveaux :Du point de vue de la conception il s’agit d’une architecture en quelque sorte extravertie qui s’oppose à l’architecture de murs-rideaux qui sévit actuellement.Dans ce centre l’ouverture vers l’extérieur est total, les piétons voient en transparence circuler les visiteurs sur les galeries et les escaliers mécaniques extérieurs.- Cette architecture de caractère mégastructure ressemble à une véritable ville intérieure avec ses rues, ces places, ses circulations, ses fonctions diverses, toutes est couvert.- L’immensité du centre nécessaire pour abriter de nombreuses fonctions, est corrigée par sa perméabilité par les facilités de circulation qu’il offre. Comme l’invitation permanente à découvrir les expositions de musée à travers la bibliothèque où a la collection de la bibliothèque à travers le musée. - Le caractère rectangulaire du bâtiment que l’ossature affirme, s’atténue quand le promeneur s’en approche grâce au jeu de terrasse qui sera plantées d’arbres et qui s’inclinent vert l’église saint merri. Le système constructif : Le bâtiment a été construit en pièces détachées dans des ateliers spécialisés puis monté comme un jeu de meccano à l’aide des grues posées sur des rails. - Le bâtiment a été imaginé comme un énorme squelette métallique fabriqué à partir de peu d’éléments qui se répètent selon une trame régulière. Cette ossature de couleur blanche soutient l’ensemble des éléments de l’édifice. Sa principale caractéristique est d’être visible une fois le bâtiment terminé.- Pour supporter la charge gigantesque de la structure, 3 niveaux de sous-sol de 15 mètres de profondeur, ont été creusés pour y implanter les murs de soutènements- Le bâtiment est construit à partir des poteaux et des poutres sur lesquelles sont posés les planchers et ajustées les façades. Le bâtiment est composé de sept niveaux d’étages au-dessus du sol. Pour superposer ces niveaux de planchers les architectes ont imaginé une structure composée de 14 portiques identiques montés dans le sens Sud-Nord et espacés de 12,80 m. - Une fois les 14 portiques montés, on obtient le gigantesque parallélépipède composé de 13 travées. Sa stabilité est assurée contre les déformations par un système de contreventement qui permet de rigidifier l’ensemble. le système de contreventement est constitué, sur les façades les plus longues, par des croix de Saint-André fixées sur le nez des gerberettes sur chaque travée (ce sont des croisillons énormes d’une hauteur de deux niveaux). Sur les façades transversales, les poutres sont reliées entre elles verticalement par des éléments métalliques semblables aux éléments qui les composent. Etude des façades: Son architecture de métal et de verre, fondée sur la flexibilité et la transparence, exprime un éxtribionisme technologique et un langage qui n’explique pas son fonctionnement intérieur.Elles sont ornées par les tuyaux d’aération et de chauffage, ce procéder est mis en évidence par une polychromie, en guise de décoration pseudo fonctionnelle tout les détails structurels, constructif, escalier, sont apparents à travers la façade.RENZO PIANO et RICHARD ROGERS adoptent une architecture moderne, résolument fonctionnelle.La façade constitue la partie technique du bâtiment. Toute l’énergie et tous les flux nécessaires au fonctionnement de la machine passent par des tuyaux ou gaines visibles sur cette façade. Chaque fonction est différenciée par une couleur :Bleu : air « climatisation »Vert : fluides « circuits d’eau »Jaune : gaines électriques Rouge : communications « ascenseurs », sécurité « pompes incendie... » La façade Ouest, rue Saint-Martin : Cette façade donne sur la piazza, elle est réservée à la circulation du public. Elle est traversée sur sa diagonale par la "chenille", l’escalier métallique qui permet d’accéder à tous les niveaux en même temps que l’on se hisse au-dessus des toits de Paris. Cet escalier mécanique est littéralement suspendu à la façade par des câbles métalliques au niveau de chaque étage. Derrière la chenille il y a des passerelles extérieures, couvertes ou non, elles permettent de circuler en façade comme sur des grands balcons. Comme la structure, tous les éléments de fonctionnement sont eux aussi rejetés à l’extérieur du bâtiment. Du coup, tout l’intérieur est libre non seulement des contraintes structurelles mais aussi des gaines et des tuyaux qui passent tous sous les planchers vers l’extérieur.Etude des espaces intérieurs: Les deux architectes Renzo Piano, Richard Rogers ont conçu ce bâtiment comme diagramme spatial évolutif 1) Une infrastructure de 3 niveaux ou sont regroupés les locaux techniques et des services. 2) Une vaste superstructure en verre et en acier de 7 niveaux y compris la terrasse et la mezzanine.Niveau (-1) espace de spectacle Trois salles sont consacrées aux spectacles vivant, aux débats et colloque et aux cinéma. Espace réservé uniquement pour les fonctions de diffusion signaler Comme source de nuisance sonore justifier son emplacement a ce niveau mais aussi due au croisement de fluxNiveau RDC: Ce niveau abrite les espaces suivants :Le hall d’entrée qui se matérialise par forum accessible à partir de la place - espace pour tout renseignements ou le programme concernant les activités. - escalier mécanique permettant l’accès aux différents étages. - mezzanine en arrière du forum.Galerie +bibliothèque pour enfant.Librairie Remarque: - ce niveau est seulement consacré à l’accueil et l’information.- accès facile a la galerie des enfants et l’espace éducatif.le forum est un espace plein de mouvement dynamique, assure la circulation rencontre, information, et échange qui sont le résultat de son architecture et d’emplacement.- le centre donne une grande importance à l’espace d’enfant qui se présente en relation avec la piazza et le forum qui donne une sensation de détente aux les enfants.1 Forum 2 Information générale 3 Vente Laissez-passer 4 Accueil des groupes espace éducatif 5 Galerie des enfants 6 Billetterie 7 Vestiaire 8 La Poste 9 Librairie FlammarionNiveau 1 Chaque pas vers le haut le centre devient plus calme. Ce niveau abrite les espaces suivants :La bibliothèque qui est partagée en trois parties - 1ère bibliothèque d’information - 2em bibliothèque et administration - 3em : bibliothèque publique d’information et documentation du musée1 Bibliothèque: espace de références, loges pour mal-voyants 2 Cinéma 1 3 Boutique Printemps Design 4 Café "Le Mezzanine" 5 Espace 315 6 ExpositionNIVEAU (2)BIBLIOTHÈQUE« Entrée par la rue du Renard » 1 Fonds général 2 Espace d'autoformation 3 Télévisions du monde 4 Salle de presse 5 Cafétéria de la BpiNIVEAU (3)Bibliothèque« Entrée par la rue du Renard » 1 Espace son-video 2 Fonds général 3 Bibliothèque Kandinsky et Cabinet d'art graphique (entrée niveau 3, accès réservé)La bibliothèque occupe les trois premiers niveaux dont la jonction se fait par unEscalator avec une capacité d’accueil de 700visiteurl jour et de350000 document en libre accès. NIVEAU 4MUSÉE 1 Collections de 1960 à nos jours 2 Espace nouveaux médias 3 Salon du Musée 4 Galerie du Musée 5 Galerie d'art graphique 6 Audio Guide 7 Librairie 1 Collections de 1905 à 1960 2 Terrasse sculptures de Calder, Takis 3 Terrasse sculptures de Richier, Miró 4 Terrasse sculptures de LaurensLes deux niveaux (4) et (5) sont consacrés au musé d’art moderne et centre de création industrielle pour y exposer leurs oeuvres «Art plastique, dessin, architecture, design, cinéma, expérimental, vidéo ,et photographie.»- La liaison entre ces deux niveaux se concrétise par la présence d’un escalator - Le niveau (5) est doté de terrasses - Le musée est le plus bénéficiaire de la restructuration du centre au point de devenir le plus grand musée du monde consacré au XXe siècle.C’est le niveau le plus tranquille avec restaurant avec terrasse panoramique.Synthèse: • Les différentes activités du centre d’art et de la culture G.P sont organisées hiérarchiquement du plus bruyant au plus calme : Accueil, espace pour enfant, atelier de création, bibliothèque et musée. • L’accès aux différents étages est assuré par, ascenseur et escalier comprit dans un tunnel de verre transparent accroché au bâtiment pour profiter du spectacle de la piazza et voir la vie des rues avoisinantes. Maison de la culture le havre1. Choix de l’exemple: Le centre de la culture le Havre à été choisie pour les raison suivantes :- Son intégration par rapport à son environnement.- Son cachet architectural spécifique.Les innovation techniques intégrées à cet équipement.2. Présentation: « Le premier aimait les lignes droites, le second affectionne les lignes courbes. Tous deux ont utilisé le béton, leur matériau de prédilection, pour faire du Havre un espace architectural unique en son genre ». C’est à Auguste Perret, architecte bâtisseur, pionnier dans l’utilisation du béton et maître de Le Corbusier, que l’on doit la reconstruction d’une ville qui fut presque entièrement détruite pendant la seconde guerre mondiale. Le Havre a d’ailleurs rejoint en septembre 2001 le réseau des 130 communes labellisées « Villes d’art et d’histoire » : c’est la seule ville moderne, reconstruite dans les années cinquante, à y figurer. Elle ambitionne aujourd’hui une inscription sur le prestigieux registre du patrimoine mondial de l’Unesco… mais n’anticipons pasLe volcan est figuré parmi les œuvres majeurs que le célèbre architecte sculpteur Oscar Niemeyer a réalisé en dehors de son pays, le brésil.Il a été conçu comme une place forum encastré dans le sol au niveau -3.70 mètre l'ensemble est considérée comme l'un des monuments de l'architecture moderne 3. Historique: Le Volcan est né en 1961 d’une belle utopie, la première Maison de Culture de France, créée et inaugurée par le ministre de la Culture André Malraux du Général de Gaulle. Le volcan, maison de la culture du havre figure parmi les œuvres majeurs que le célèbre architecte-sculpture oscar Niemeyer a réalisé en dehors de son pays, le brésil. Il a été construit dans la place de GAMBETTA au cœur de la ville du Havre à l’emplacement d’un ancien théâtre détruit durant la dernière guerre. 4. La situation : Le centre culturel le volcan se situe dans la ville du havre qui se trouve au nord-ouest de la capitale Paris. Dans un site urbain compact, le centre culturel a été conçu comme une place forum encastrée dans le sol (-3,70 m) autour de laquelle s’organisent les équipements culturels, une garderie d’enfants et des commerces. Le centre vient se dresser au milieu de cet ensemble constituant ainsi le poumon vital d’un groupement urbain avec une ouverture sur bassin. 5. Etude urbaine: Etude de plan de masse : La maison est limitée par les bâtiments de trois coté d'autre par elle est ouverte sur la plageL'objectif c'est d'offrir des vues panoramiques à partir de la place.Ni la visibilité, ni l'intégration faisaient le souci de l'architecte."Il fallait faire une architecture déférente, il fallait utilisée le béton, il fallait faire des formes les plus libres possible…." Selon O. Niemeyer.Le projet joue un roule attractif donc bénéficie d'une bonne fréquentationDeux volumes cylindriques qui se partagent, dans la complémentarité, les fonctions principales d’un centre culturel, qui sont les spectacles et les activités courantes. En créant un forum, lieu privilégié des rencontres et de regroupement dans un espace purement culturel loin du bruit et de l’encombrement généré par la circulation automobile. La forme du projet s’est inspirée du volcan. Depuis sa construction, les gens du Havre l’appellent le « Volcan ». La maison de culture a été conçue en fonction des données climatiques, c'est pourquoi la plupart des équipements sont implantés dans le sol au niveau –3,70 mAinsi les équipements culturels, des commerces et une halte garderie sont organisés autour d'un forum abrité du verL'architecte a pris comme axe principal la direction des vents dominats : NO, c'est sur cet axe que les deux bâtiments furent placés.Les accès piétonne se font par des rampes en raison de la différence de niveau par rapport aux rues environnantes (-3.70m), et l’accès mécanique se fait directement de la rue vers le parking souterrain, Le projet est bien desservi par des routiers vu sa situation en plein centre urbain.- accès mécanique : assure une bonne fréquentation et dégage une esplanade par l'emplacement du parking au sous-sol.- accès piéton : la circulation par des rampes qui accentuent l'effet dynamique.- Accès au bâtiment : oriente le large publique à l'intérieur des blocs.- le forum est un nœud d'articulation entre les deux bâtiments, le théâtre et la salle polyvalente Le projet se compose de deux volumes asymétriques s'ouvrant sur une place forum.Malgré le contraste dans l’aspect géométrique par rapport à l’environnement immédiat au contraste une certaine particularité et un cachet spécial pour l’architecte par la création d’ambiance au niveau du forum rendent le projet attractif. Oscar dit: « Réconcilie l'architecture avec la nature. Où les constructions, en spirales et en volutes, répondent aux courbes du paysage ».Le volcan a été conçue en fonction de données climatique locales suite à cela, les éléments architecturaux ont été implanté suivant diagonale (nord-ouest),(sud- est) et la avec sa forme dévie les vents dominants qui viennent du coté de la mer. Oscar dit: « J’ai pensé que l’architecture était liée à un ensemble, au climat... Il y a souvent du vent et je voulais trouver une solution qui protège la place de ce vent ».- utilisation des volumes clos, excite la curiosité des gens, c'est une façon de les inviter à l'intérieur.- L’un des volumes totalement fermé par rapport à l'autre.- Forme dynamique, gigantesque, échelle important.- Liberté des formes. Etude des façades : Le théâtre :La façade du théâtre est une façade aveugle, car la structure du volcan en voiles circulaires en béton précontraint impose la réduction du nombre d’ouvertures. Oscar dit: « je ne voulais pas une place où les gens regardent les éléments d’un seul point de vue ». La salle polyvalente : Composée de bureaux et de salle de réunion, les ouvertures, sont en formes hexagonales, allongées. « la transmission des charges au niveau des ouvertures ne permet pas leur compression ». Par sa forme circulaire, elle occupe tout le rez-de-chaussée, et sa forme libre permet différentes organisations de l'espace tout est en fonction du spectacle.Scène culturelle avec spectateurs de chaque cote les modifications sont possibles grâce aux gradins mobiles et range ables.Le plan supérieur est compose de bureaux et des services administratifs.les bureaux sont conçus comme des espaces clos, contigus relies entre eux par un corridor insulaire ce qui affaiblit le concept de flexibilité au sein de cette composante. La salle de réunions est située au niveau intermédiaire.Le grand volcan :Le plus grand bâtiment « Grand Volcan », dont les calculs et les tracés de la coque ont été construits par l'utilisation d'un programme informatique dérivée de la NASA, abrite :-Une salle de 1093 places, de type amphithéâtre équipée pour accueillir tous les genres de spectacles vivants s'ouvrant sur une scène d'une largeur de 25,70 mètres et d'une hauteur de 8,50 mètres, un atelier de construction de décors, un hall d’accueil équipé pour l’organisation d’expositions, une salle de cinéma l’EDEN, fonctionnant sept jours sur sept, 11 loges individuelles et collectives équipées de douches et WC pour un total de 40 à 50 personnes.1- Hall d'accueil2- Salle de cinéma 300 places3- Fosse de l'élévateur de la scène4- Fosse d'orchestre5- Foyer des artistes6- Accès de la grande salle 7- Loges. 1- salle de 1155 places2- proscenium, fosse d'orchestre3- scène4- élévateur de la scène5- accès des décors de l'extérieurLe centre du Havre est caractérisé par: • La curiosité : l’utilisation de ces volumes clos excite la curiosité des gens et c’est une façon de les invités à l’intérieur. • Le projet à était intégré par contraste le but qui visait OSCAR par ce type d’intégration était pas de négliger l’environnement, mais surtout d’utiliser les moyens propres de cette période moderne et de l’exploiter au maximum. • On peut noter l’importance de l’esplanade, et Le FORUM dans l’organisation extérieur, leur rôle n’est pas seulement de servir d’espace tampon, entre deux volumes, mais surtout de permettre une certaine perception visuelle, (un angle visuel dégagé). • Le rapport plain et vide de l’environnement et pour donner un sens au forme, et leur attribuer un état pur, l’architecte à opté pour ces coquilles de béton. • Le coté technique c'est-à-dire la structure qui s’impose et se qui joue le rôle de l’enveloppe du bâtiment. • Les données climatiques étaient à la base de la conception du projet. Par la séparation des activités principales et leur intégration dans deux bâtiments distincts placés dans un forum où seule la circulation piétonne y est permise. Le palais de culture MOHAMED BOUDIAF1- Choix de l’exemple :La maison de culture Mohamed Boudiaf à été choisi a partir les caractéristique suivantes : - Sa richesse sur le plan architectural (volumétrie). - Richesse des activités. - Son ouverture.2- Présentation du projet : La maison de culture de Annaba a été réalisée à la suite d’une décision ministérielle envisageant la création d’un complexe socioculturel qui regroupe: • Un palais de la culture et des arts. • Un centre commercial. Les travaux ont été lancés en 1977 par un bureau d’études italien, ils ont été arrêtés en 1980, puis repris en 1982 et relancés une troisième fois en 1985 cette fois ci le bureau d’études AFRICMARTIN a pris en charge le projet.Sa démarche consistais à essayer de se rapprocher le plus possible du projet initial en délaissant la partie commerciale et en rétrécissant le programme du palais à celui d’une maison de la culture. Les travaux ont été achevés en 1987, la maison a ouvert ses portes au public en juillet 1987 avec une capacité de 2240 adhérents.3- Situation :La maison de culture de Annaba se situe dans une zone à proximité du centre-ville (ancien centre), c’est une zone à forte urbanisation et à vocation multifonctionnelle. L’environnement immédiat de la maison de culture est le centre-ville avec toutes ses fonctions et ses équipements. Elle est entourée par un ensemble d’équipements socio administratifs et de santé, ainsi que par de l’habitat collectif. Nord: centre de santé. Est: la wilaya et les PTT. Sud: Supermarché. Ouest et nord-ouest: un ensemble d’habitations. L’emplacement de la maison de culture est favorisé par l’existence d’un ensemble d’équipements à caractère éducatif et pédagogique lui permettent de devenir le moteur d’animation pour l’ancien centre, il s’agit de : • Institut de sociologie. • Centre culturel français.3- Aménagement extérieur : l’équipement comprend différents aménagement est à savoir : Une placette: en relies cette dernière matérialisé par un jeu de marches, rampe et espace vert donnant à l’entrée principale son caractère de prestige. Les espaces verts: Ils sont éparpillés dans toute la surface non bâtie. Ils remplissent les liaisons entre les différents blocs et donc marquer le cheminement dans la maison. L’espace vert le plus important est le jardin inachevé encore. Une suite d’arbres se dresse le long de l’entrée de la rue jusqu’au préau aux galeries de distribution marquant ainsi le cheminement de l’entrée. Le parking: pour les jour normaux y’a pas de problème mais les jour d’exposition ou de rassemblement ou de spectacle le parking crée un problème on déduit qu’il suffi que pour les travailleur dans le centre et quelque visiteurCondition d’accessibilité :Vu l’importance de l’équipement, ce dernier a été conçu de façon à être ouvert sur tout l’environnement. Un sens giratoire continu s’est formé spontanément dans tout le projet. En réalité et au niveau du plan, il existe: 05 accès L’accessibilité se fait par 02 voies piétonnes et 01 mécanique.5- Etude de volume : La maison de culture est caractérisée par la richesse de sa volumétrie permettant la visibilité du projet d’un côté, et lui donnant un cachet spécifique qui reflète sa fonction d’équipement culturel. Le volume global peut être décomposé en 3 volumes principaux • Salle de spectacle, emplacement centrale qui présente le volume le plus important • La bibliothèque qui prend la forme d’un parallélépipède avec un décrochement. 
Enregistrer un commentaire